Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Tout savoir sur la gastrite

Le mot gastrite est utilisé pour décrire un groupe de troubles ayant une caractéristique commune, l’inflammation de la muqueuse gastrique. La muqueuse de l’estomac (ou muqueuse gastrique) est constituée, entre autres, de cellules spécialisées qui produisent :

  • l’acide et les enzymes qui aident à décomposer les aliments pour la digestion,
  • le mucus, qui protège la muqueuse des mêmes acides/enzymes produits et donc de l’autodigestion.

Lorsqu’elle est enflammée, la muqueuse gastrique diminue la production de ces deux substances, mais surtout de toutes celles qui tapissent et protègent normalement les parois de l’action des acides gastriques.

Ce trouble peut :

  • apparaître soudainement et durent peu de temps (gastrite aiguë),
  • peut durer longtemps (gastrite chronique) et, dans certains cas, se transformer en ulcère de l’estomac, ce qui augmente le risque de développer un cancer de l’estomac.

Parmi les nombreuses classifications possibles de la gastrite, il est donc particulièrement important de différencier la gastrite :

  • érosive, qui provoque des dommages physiques à la paroi de l’estomac sous forme de plaies, d’ulcères, etc.
  • non érosive, qui provoque une inflammation de la muqueuse, mais sans érosion de la paroi.

L’inflammation est souvent le résultat d’une infection par la bactérie responsable de la plupart des ulcères gastriques (Helycobacter Pilori), mais d’autres facteurs tels qu’un traumatisme, l’utilisation régulière d’anti-inflammatoires ou une consommation élevée d’alcool peuvent également déclencher une gastrite. Parmi les symptômes les plus courants qui indiquent une gastrite, citons les suivants :

  • sensation d’indigestion,
  • douleurs ou brûlures d’estomac,
  • nausées et vomissements,
  • sensation excessive de satiété après les repas.

Dans le cas d’une gastrite érosive, les symptômes peuvent également être les suivants :

  • douleur,
  • saignement,
  • présence d’une ulcération.

Pour la plupart des gens, la gastrite n’est pas un problème grave et s’améliore rapidement si elle est traitée correctement. En revanche, si elle est négligée, elle peut durer des années et/ou entraîner de graves complications.

Causes de la gastrite

Les parois de l’estomac sont normalement protégées par une muqueuse, qui agit comme une barrière contre les acides responsables de la digestion. Les acides présents sont si corrosifs que, sans protection adéquate, ils finiraient par digérer l’estomac lui-même ; si cette barrière est affaiblie, les sucs digestifs sont alors capables d’endommager et d’enflammer les parois de l’estomac, provoquant l’apparition de gastrites.

Infection à l’helicobacter pylori

L’infection par la bactérie helicobacter pylori est la principale cause des ulcères de l’estomac et est également responsable de nombreux cas de gastrite, dont la plupart sont chroniques.

On estime que la moitié de la population mondiale a été infectée par cette bactérie, qui peut être transmise de personne à personne. La plupart des personnes infectées ne souffrent pas de complications liées à l’infection, mais chez certaines d’entre elles, la bactérie peut déchirer la muqueuse interne de l’estomac, modifiant ainsi les parois gastriques.

On ne sait pas exactement pourquoi seules certaines personnes souffrent de complications liées à l’infection par Helicobacter pylori (environ 20 %), mais les médecins pensent que la vulnérabilité à la bactérie peut être héréditaire ou causée par un mauvais mode de vie, comme le tabagisme et des niveaux élevés de stress.

La bactérie helicobacter pylori est contagieuse, mais la voie exacte de transmission n’a pas encore été élucidée ; l’homme semble être le seul réservoir naturel de la bactérie, et on pense que la voie de transmission la plus probable est orale ou oro-fécale (consommation d’aliments infectés par les fèces des porteurs).

À l’appui de l’hypothèse de la transmission orale, on trouve le fait que la bactérie a été isolée dans la plaque dentaire et surtout dans la salive ; cependant, on ne sait pas si la bouche est un passage occasionnel (par exemple à la suite de régurgitations ou de vomissements) ou non. En ce qui concerne le risque de contagion oro-fécale, il a été démontré que le micro-organisme survit bien dans l’eau (pendant plusieurs jours), bien qu’il n’y ait pas de confirmation définitive de la présence de la bactérie dans les fèces excrétées par un porteur.

Anti-inflammatoires et autres substances

L’utilisation habituelle et/ou excessive d’anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’aspirine, l’ibuprofène, le kétoprofène et le naproxène peut provoquer une gastrite, tant aiguë que chronique ; l’utilisation excessive de ces médicaments peut réduire la quantité d’une substance clé qui aide à protéger la paroi interne de l’estomac, exposant ainsi le patient au développement de problèmes. Les problèmes d’estomac sont moins susceptibles de se produire si vous prenez des AINS de façon sporadique.

Les anti-inflammatoires sont responsables d’environ 20 % des cas de gastrite. En plus des anti-inflammatoires, d’autres substances sont également responsables de certains cas, comme par exemple :

  • l’alcool, qui peut irriter et corroder la muqueuse gastrique, rendant l’estomac plus vulnérable aux sucs digestifs,
  • la cocaïne,
  • la bile, substance fluide qui aide à digérer les graisses, qui est produite par le foie et stockée dans la vésicule biliaire. Dans des conditions normales, une valve empêche la bile de refluer des intestins vers l’estomac, mais si cette valve ne fonctionne pas correctement, le fluide peut refluer dans l’estomac, provoquant une inflammation et une gastrite chronique,

Gastrite auto-immune

Dans cette forme de gastrite, le système immunitaire attaque par erreur les cellules saines de l’estomac, les prenant pour une menace à combattre. La gastrite auto-immune survient le plus souvent chez les patients atteints d’autres maladies auto-immunes et surtout dans la population âgée ; elle n’est généralement pas érosive.

Autres causes

Parmi les causes moins fréquentes, le stress, en tant que réaction psychosomatique à des situations telles que des blessures traumatiques, une maladie grave, des brûlures sévères et la nécessité de subir une intervention chirurgicale importante, peut favoriser l’apparition d’une gastrite nerveuse. La cause exacte de ce phénomène n’est pas connue, mais on pense qu’il est lié à une diminution du flux sanguin vers l’estomac.

Dans certains cas, l’affection peut être liée à d’autres maladies, comme le VIH/sida, la maladie de Crohn, les infections parasitaires, etc. À ce jour, il n’existe aucune preuve que des aliments spécifiques, notamment les aliments épicés et le café, puissent causer des problèmes en soi, mais il est certainement conseillé de les éviter si vous avez des problèmes préexistants.

Quels sont les symptômes de la gastrite ?

Elle ne se manifeste pas toujours par des signes et/ou des symptômes, mais peut se manifester de différentes manières selon les cas (les plus courants sont une sensation d’inconfort épigastrique et/ou une sensation de brûlure). Les signes et les symptômes de la gastrite sont les suivants :

  • douleur sourde ou brûlure (brûlures d’estomac) dans la partie supérieure de l’abdomen,
  • nausées et vomissements,
  • une diminution de l’appétit,
  • éructations ou ballonnements,
  • sensation de satiété après les repas
  • une perte de poids inexpliquée.

La douleur peut s’améliorer ou s’aggraver en mangeant.

  • La gastrite aiguë apparaît soudainement et est plus susceptible de provoquer des nausées, des brûlures ou une gêne dans l’estomac.
  • La gastrite chronique, quant à elle, se développe progressivement et est plus susceptible de provoquer une douleur sourde, une sensation d’estomac plein ou une perte d’appétit après avoir mangé ne serait-ce que quelques bouchées. Chez de nombreux patients, cependant, la gastrite chronique ne provoque aucun symptôme physique.

Si une forme chronique n’est pas traitée, elle peut durer des années, voire toute une vie. Dans certains cas, elle évolue vers une hémorragie gastrique, mais ce symptôme est rarement grave. Toutefois, veuillez noter que l’hémorragie gastrique, qui implique la présence de sang dans les vomissements ou la production de selles noires et goudronneuses, nécessite une attention médicale immédiate.

Quand appeler le médecin ?

Tout le monde, ou presque, a connu au moins une fois dans sa vie une crise de mal de ventre ou de brûlures d’estomac. La plupart des cas sont de courte durée et peuvent être gérés par des médicaments en automédication tels que des antiacides, mais il est recommandé de consulter un médecin si vous notez :

  • une persistance des symptômes pendant une semaine ou plus,
  • une douleur particulièrement intense,
  • un lien possible avec un médicament actuel (anti-inflammatoire ou autre).

Appelez rapidement un médecin de garde ou allez aux urgences si vous présentez des symptômes liés à une éventuelle hémorragie gastrique, tels que :

  • un essoufflement,
  • des étourdissements ou une sensation d’évanouissement,
  • du sang dans le vomi,
  • selles noires et goudronneuses (signe de sang digéré),
  • des selles avec du sang rouge vif,
  • faiblesse,
  • forte pâleur.

Dangers

L’évolution dépend de la cause, mais est souvent positive. La plupart des formes non spécifiques de gastrite chronique ne provoquent pas de symptômes, mais la gastrite chronique est un facteur de risque pour le développement des maladies suivantes :

  • ulcère gastrique,
  • les polypes et les tumeurs bénignes et malignes de l’estomac.

Certains individus atteints de gastrite chronique à Helicobacter pylori ou de gastrite auto-immune développent une gastrite atrophique. La gastrite atrophique détruit les cellules de la muqueuse gastrique qui produisent l’acide et les enzymes digestives. La gastrite atrophique peut conduire à deux types de cancer : le cancer gastrique et le lymphome du tissu lymphoïde associé à la muqueuse gastrique. En cas de gastrite érosive, une anémie peut survenir en raison des saignements constants.

Diagnostic d’une gastrite

Si vous pensez avoir une gastrite, le premier médecin à vous recevoir sera probablement votre médecin traitant ou un médecin généraliste. Cependant, dans certains cas, il se peut que l’on vous oriente vers un médecin spécialisé dans le traitement des troubles du système digestif (gastro-entérologue) lors de votre prise de rendez-vous.

Le médecin établira probablement le diagnostic de gastrite après vous avoir interrogé sur vos maladies antérieures et vous avoir examiné en détail, mais dans certains cas, vous devrez subir des tests spécifiques pour découvrir la cause de votre problème. Les tests possibles sont les suivants.

Tests sanguins

Votre médecin vous fera probablement passer une analyse de sang pour rechercher des anticorps contre la bactérie Helicobacter pylori. Si le test est positif, cela signifie que vous avez été en contact avec la bactérie au cours de votre vie, mais cela ne signifie pas nécessairement que vous avez une infection. Les analyses de sang peuvent également révéler une anémie, qui peut être causée par des saignements gastriques liés à une gastrite.

Test dans l’haleine

Ce test simple peut aider à déterminer si une infection à Helicobacter pylori est en cours.

Examen des selles

Ce test vise à mettre en évidence la présence de la bactérie Helicobacter pylori dans un échantillon de vos selles. Un test positif indique une infection en cours. Votre médecin peut également vérifier la présence de sang dans vos selles, un symptôme de saignement gastrique qui peut être lié à une gastrite.

Radiographie de l’appareil gastro-intestinal supérieur

Des radiographies de l’estomac et de l’intestin grêle sont réalisées pour découvrir les signes de gastrite et d’autres problèmes digestifs. Il est généralement effectué après l’absorption d’un liquide (baryum) qui recouvre la paroi interne du tube digestif et la fait mieux ressortir sur le film radiographique (lavement opaque).

Gastroscopie

Cette procédure permet au médecin de vérifier la présence d’anomalies dans le tractus gastro-intestinal supérieur qui ne sont pas détectables à la radiographie. Au cours de l’examen, le médecin insère par la bouche un tube fin et flexible muni d’une source lumineuse à l’une de ses extrémités (endoscope) : le tube passe dans l’œsophage, l’estomac et la partie initiale de l’intestin grêle.

Avant d’avaler l’endoscope, la gorge est généralement anesthésiée et des médicaments à effet calmant sont administrés. Si une partie du tissu gastro-intestinal semble anormale, le médecin peut prélever un petit échantillon (biopsie) à l’aide des instruments insérés dans l’endoscope. L’échantillon est ensuite envoyé au laboratoire où il sera analysé par un pathologiste.

L’endoscopie dure généralement 20 à 30 minutes, mais vous ne pourrez normalement pas sortir de l’hôpital avant que l’effet du médicament ne se soit dissipé (généralement après une heure ou deux). Les risques de cette procédure sont très rares, notamment une hémorragie gastrique et une perforation de la paroi de l’estomac. La complication la plus courante est un léger mal de gorge dû à l’ingestion de l’endoscope.

Traitement de la gastrite

Le traitement de la gastrite dépend du déclencheur spécifique, par exemple :

  • la forme aiguë, causée par les AINS ou l’alcool, peut être soulagée par l’arrêt de la consommation des substances responsables ;
  • la forme chronique causée par l’infection par Helicobacter pylori est traitée par l’éradication de la bactérie, par la prescription d’une polypharmacie antibiotique.

La plupart des programmes de traitement comprennent des médicaments qui traitent l’acidité de l’estomac, afin de diminuer la gravité des symptômes et de favoriser le processus de guérison dans l’estomac.

Traitement de l’acidité de l’estomac

L’acide gastrique irrite les tissus enflammés de l’estomac, provoquant des douleurs et aggravant l’inflammation. C’est pourquoi les traitements de la plupart des cas de gastrite comprennent des médicaments qui réduisent ou neutralisent l’acidité de l’estomac. Il s’agit notamment de :

  • Antiacides : ils sont disponibles en pharmacie sans ordonnance (Maalox®, Anacidol®, etc.), sous forme liquide ou de comprimés, sont un traitement courant des gastrites légères. Les antiacides neutralisent les acides gastriques et sont capables de réduire rapidement la douleur ;
  • Médicaments antiulcéreux (ou antihistaminiques anti-H2) : si les antiacides ne sont pas assez efficaces, votre médecin peut vous conseiller de prendre un médicament anti-ulcéreux, comme la cimétidine (Tagamet®), la ranitidine (Zantac®, Ranidil®), la nizatidine ou la famotidine, qui aident à réduire la quantité d’acide produite par l’estomac ;
  • Inhibiteurs de la pompe à protons : ils réduisent l’acidité en bloquant l’action de petites pompes situées dans les cellules de l’estomac qui sécrètent les sucs acides. Les médicaments de cette catégorie comprennent l’oméprazole (Omeprazen®, Mepral®, …), le lansoprazole (Lansox®, Limpidex®, …), le rabéprazole (Pariet®) et l’esoméprazole (Nexium®, Esopral®, …).

Traitement de l’infection par Helicobacter pylori

Les médecins suivent différents programmes de traitement pour soigner l’infection à l’Helicobacter pylori, dont la plupart sont basés sur l’association de deux antibiotiques et d’un inhibiteur de la pompe à protons. Dans certains cas, du bismuth est également ajouté. Les antibiotiques détruisent la bactérie, tandis que l’inhibiteur de la pompe à protons soulage la douleur et les nausées, traite l’inflammation et peut augmenter l’efficacité des antibiotiques. Pour s’assurer que l’Helicobacter pylori a été complètement éliminé, votre médecin peut vous tester à nouveau à la fin du traitement.

Adapter son mode de vie

Les problèmes digestifs peuvent survenir pour un certain nombre de raisons, notamment des facteurs liés au mode de vie que vous pouvez contrôler vous-même. En général, pour garder votre système digestif en bon état, les médecins vous recommandent de :

Suivre un régime alimentaire approprié

La façon dont vous mangez est tout aussi importante que les aliments que vous consommez. Modérez les portions, mangez à des heures régulières et essayez de vous détendre pendant les repas. Évitez les aliments irritants (épicés, chauds, acides, frits, gras) et l’alcool.

Maintenir un poids sain

Les problèmes digestifs peuvent survenir indépendamment du poids. Cependant, les brûlures d’estomac, les ballonnements et la constipation ont tendance à toucher plus fréquemment les personnes en surpoids. La prise et le maintien d’un poids sain peuvent souvent contribuer à prévenir ou à éliminer ces symptômes.

Faire beaucoup d’exercice

L’activité aérobique qui améliore votre respiration et votre rythme cardiaque stimule également l’activité de vos muscles intestinaux, ce qui vous aide à éliminer plus rapidement les déchets de vos intestins. Nous recommandons au moins 30 minutes d’activité aérobique par jour, la plupart des jours de la semaine. Il est conseillé de demander un avis médical préalable avant de commencer.

Gardez le stress sous contrôle

Le stress augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, déprime le système immunitaire et peut déclencher ou aggraver des problèmes de peau. Quant au système digestif, il augmente la production d’acides gastriques et ralentit la digestion. Pour la plupart des gens, le stress est inévitable, la clé est donc d’apprendre à le gérer efficacement. La tâche est plus facile si vous avez un régime alimentaire nutritif, si vous dormez suffisamment, si vous faites régulièrement de l’exercice et si vous cherchez des moyens sains de vous détendre.

Si la relaxation est un problème, envisagez de suivre un cours de méditation, de yoga ou de tai-chi. Ces disciplines peuvent vous aider à vous concentrer, à diminuer l’anxiété et à réduire les tensions physiques. En outre, le massage thérapeutique peut détendre les muscles tendus et calmer les nerfs à bout de souffle.

Mesures préventives

L’infection par la bactérie Helicobacter pylori est inévitable dans certains cas, mais ces conseils vous aideront à réduire vos risques de souffrir de gastrite :

  • Limitez la consommation d’alcool ou évitez-la complètement. L’abus d’alcool peut irriter et corroder la muqueuse gastrique, provoquant une inflammation et des saignements ;
  • Ne pas fumer. Fumer interfère avec l’action de la muqueuse protectrice de l’estomac, ce qui rend l’estomac plus vulnérable aux gastrites et aux ulcères. Le tabagisme augmente également l’acidité de l’estomac, ralentit le processus de guérison et constitue un facteur de risque majeur de cancer de l’estomac. Néanmoins, arrêter de fumer n’est pas facile, surtout si vous avez fumé pendant des années. Demandez à votre médecin de vous conseiller sur les moyens de vous aider à arrêter de fumer ;
  • Changez d’analgésiques. Si possible, évitez les AINS, c’est-à-dire l’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène. Ces médicaments peuvent provoquer une inflammation de l’estomac ou aggraver une irritation existante. Vous pouvez également utiliser des analgésiques à base de paracétamol (Tachipirin®) ;
  • Suivez les conseils de votre médecin. Votre médecin peut vous conseiller de prendre un antiacide ou un anti-ulcéreux en vente libre pour prévenir les récidives de gastrite.

Différence entre gastrite et gastro-entérite

La gastro-entérite (souvent appelée à tort grippe intestinale) est une inflammation de l’estomac et des intestins, causée par une infection (généralement virale, plus rarement bactérienne). La gastrite, quant à elle, est une inflammation de la paroi de l’estomac uniquement, et n’est pas toujours causée par une infection.

Sources bibliographiques


🗒  Gastrite | Société Nationale Française de Gastro-Entérologie
https://www.snfge.org/content/gastrite
🗒  Les classifications des gastrites | ScienceDirect
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1773035X14723135
🗒  Helicobacter pylori – Traiter pour prévenir ulcère & cancer chez l’adulte | Haute Autorité de Santé
https://www.has-sante.fr/jcms/pprd_2974257/fr/helicobacter-pylori-traiter-pour-prevenir-ulcere-cancer-chez-l-adulte