Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Maladie de Crohn : symptômes, diagnostic et traitements

La maladie de Crohn est une maladie chronique qui provoque une inflammation et une irritation du système digestif ; elle touche en particulier l’intestin grêle et le début du gros intestin, mais peut en fait affecter n’importe quelle partie du système digestif, de la bouche à l’anus. La maladie de Crohn fait partie des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), qui comprennent également, par exemple, la colite ulcéreuse et la colite microscopique.

La maladie se déclare généralement de manière progressive et tend à s’aggraver avec le temps, bien qu’elle puisse donner lieu à des périodes de rémission de plusieurs semaines, voire de plusieurs années.

Comment la reconnaître ?

On estime qu’en France, environ 350 000 patients sont atteints d’une maladie inflammatoire de l’intestin, dont probablement 30 à 40 % sont touchés par la maladie de Crohn (aux États-Unis, on estime que plus d’un demi-million de personnes sont touchées par la maladie) ; des études scientifiques montrent qu’au fil du temps, l’incidence de la maladie a augmenté, tant aux États-Unis que dans d’autres parties du monde, bien que les raisons de cette augmentation ne soient pas connues à ce jour.

Comme l’inflammation peut toucher les tissus du système gastro-intestinal à des degrés et à des profondeurs variables, les symptômes initiaux peuvent être plus vagues que ceux typiques de la rectocolite ulcéro-hémorragique, et peuvent prendre la forme de diarrhée (avec ou sans sang) et de douleurs abdominales, ce qui explique que de nombreuses personnes atteintes de la maladie de Crohn présentent des symptômes pendant des années avant que le diagnostic ne soit posé.

Il est donc recommandé de contacter votre médecin si vous avez.. :

  • diarrhée persistante ;
  • des douleurs abdominales ;
  • une perte de poids inexpliquée ;
  • du sang dans les selles.

À ce jour, il n’existe malheureusement pas de traitement curatif de la maladie de Crohn. Le traitement vise à contrôler les symptômes et à prévenir les complications, faute de quoi les symptômes peuvent être présents en permanence et aller et venir avec une fréquence imprévisible de quelques semaines ou mois. Certains patients peuvent connaître des périodes de rémission, même assez longues, au cours desquelles il y a une absence totale de symptômes.

Les causes de la malade de Crohn

Les causes exactes de l’apparition de la maladie ne sont pas connues à ce jour, mais l’opinion la plus répandue est qu’elle pourrait être le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs.

Réaction auto-immune

La maladie peut être due à une réaction auto-immune, une condition dans laquelle le système immunitaire attaque les cellules saines du corps. On pense que les bactéries du tube digestif peuvent activer par erreur le système immunitaire. Cette réponse du système immunitaire provoque une inflammation, induisant les symptômes de la maladie de Crohn.

Génétique

L’évolution de la maladie de Crohn est parfois héréditaire. Des recherches ont montré que les chances de développer la maladie sont plus grandes avec un parent de sang (frère ou sœur ou parent) qui a la maladie. Le lien entre les gènes et la maladie de Crohn est encore à l’étude.

Autres facteurs

Le tabagisme semble être associé à un risque doublé de développer la maladie de Crohn. Certains médicaments, notamment les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’aspirine ou l’ibuprofène, les antibiotiques et les pilules contraceptives semblent augmenter légèrement le risque d’avoir la maladie. Un régime riche en graisses semble également être lié à une incidence légèrement plus élevée de la maladie.

Le stress et la consommation d’aliments spécifiques ne provoquent pas la maladie de Crohn, mais ils peuvent être à l’origine d’une aggravation des symptômes. Une intéressante revue publiée dans le Lancet, qui a examiné près de 200 études dans la littérature, montre un lien étroit entre la prévalence des maladies inflammatoires de l’intestin (Crohn et rectocolite ulcéro-hémorragique) et le degré d’occidentalisation d’un pays. Les chercheurs pointent du doigt l’alimentation évidemment, mais aussi l’urbanisation de la société.

La maladie peut survenir à tout âge, bien qu’elle ait tendance à se manifester chez les individus :

  • entre les âges de 20 et 29 ans ;
  • avec un membre de la famille (parent, frère ou sœur) qui est porteur du MICI ;
  • fumeurs de cigarettes.

Symptômes de la malde de Crohn

La maladie de Crohn touche des personnes de tous âges, mais les symptômes commencent généralement dans l’enfance ou à un jeune âge ; les manifestations peuvent varier considérablement en intensité d’un patient à l’autre et également dans le temps. En général, les premiers symptômes ont tendance à se développer progressivement et de manière non spécifique (douleurs abdominales et diarrhée), mais chez certains patients, ils apparaissent de manière brutale, sans avertissement.

Les symptômes les plus courants de la maladie de Crohn sont les suivants :

  • crampes et douleurs abdominales ;
  • la diarrhée ;
  • du sang dans les selles (pas toujours présent) ;
  • du pus et/ou du mucus dans les selles ;
  • les flatulences et les ballonnements ;
  • la fatigue ;
  • une perte de poids inexpliquée.

Les douleurs abdominales s’aggravent généralement lorsque l’estomac est plein ; la diarrhée prend des caractéristiques différentes selon les patients, pouvant se présenter avec ou sans sang, avec des écoulements aqueux ou plus compacts, une urgence et une fréquence d’évacuation pouvant atteindre 20 écoulements par jour (et réveiller le sujet si nécessaire même la nuit, une caractéristique qui distingue la maladie du syndrome du côlon irritable dans lequel cela ne se produit pas).

Le sang, s’il est présent, peut être rouge vif ou de couleur plus foncée.

Les autres symptômes peuvent être les suivants :

  • l’anémie ;
  • les aphtes ;
  • uvéite (inflammation de l’œil provoquant rougeur, douleur et photophobie) ;
  • la fièvre ;
  • les douleurs articulaires ;
  • des nausées ou une perte d’appétit ;
  • des modifications de la peau, par exemple avec l’apparition de gonflements rougeâtres.

Les symptômes varient en fonction de la localisation et de la gravité de l’inflammation, et il peut y avoir de longues périodes, durant des semaines ou des mois, pendant lesquelles les symptômes régressent jusqu’à devenir très légers ou même disparaître complètement (rémission), suivies de périodes pendant lesquelles les symptômes réapparaissent.

Certaines études suggèrent que le stress, y compris celui de vivre avec la maladie, peut aggraver les symptômes, tandis qu’il a été démontré que la dépression rend la maladie plus agressive. Malheureusement, il est intuitif de comprendre que le fait d’être touché par une maladie inflammatoire de l’intestin augmente à son tour le risque d’épisodes dépressifs. Certaines personnes peuvent également associer certains aliments à l’apparition ou à l’aggravation des symptômes.

Par rapport à la rectocolite ulcéro-hémorragique, il est possible d’identifier certaines différences importantes dans les symptômes avec lesquels ces maladies inflammatoires de l’intestin se présentent.

Complications possibles

Les complications les plus courantes lors d’une maladie de Crohn sont les suivantes :

Obstruction intestinale

La maladie de Crohn a tendance à épaissir la paroi intestinale. Avec le temps, les zones épaissies peuvent se rétrécir et bloquer les intestins. Une obstruction intestinale partielle ou complète (également appelée blocage intestinal) arrête la progression des aliments et des selles dans le tube digestif.

Fistules

Dans la maladie de Crohn, l’inflammation peut affecter toute l’épaisseur de la paroi intestinale et creuser des tunnels, appelés fistules. Une fistule est une voie de communication anormale entre deux organes ou entre un organe et l’extérieur du corps. Les fistules peuvent s’infecter.

Abcès

L’inflammation de la paroi intestinale peut également entraîner des abcès. Un abcès est un sac infecté douloureux, gonflé et rempli de pus.

Fissures anales

Il s’agit de petites déchirures dans l’anus, qui peuvent provoquer des démangeaisons, des douleurs ou des saignements.

Ulcères

Tout processus inflammatoire le long du tube digestif peut entraîner des ulcères, ou plaies ouvertes, dans la bouche, le tube digestif, l’anus ou le périnée.

La malnutrition

Un état de malnutrition se produit lorsque l’organisme n’assimile pas une quantité suffisante de vitamines, de minéraux et de nutriments pour maintenir le bon fonctionnement des tissus et des organes.

Inflammation dans d’autres parties du corps

Les articulations, les yeux et la peau peuvent s’enflammer. L’évaluation psychosociale du patient est également très importante, afin de détecter tout symptôme précoce d’anxiété et de dépression ; selon les données de la cohorte Sinai-Helmsley Alliance for Research Excellence, en effet, environ un patient sur cinq atteint de la maladie de Crohn souffrira de dépression.

Pathologies associées à la maladie de Crohn

Si la maladie de Crohn touche le gros intestin, la probabilité de développer un cancer du côlon est accrue. Traiter la maladie de manière appropriée et la maintenir en rémission peut réduire les risques de développer ce cancer.

Consultez votre médecin pour connaître la fréquence des tests de dépistage du cancer du côlon. Le dépistage consiste à rechercher une maladie par des tests spécifiques chez des personnes asymptomatiques. Le dépistage du cancer du côlon peut nécessiter une coloscopie avec biopsie. Le dépistage ne réduit pas en soi les risques de développer un cancer, mais il peut aider à l’identifier à un stade précoce, ce qui augmente les chances de guérison.

Diagnostic d’une maladie de Crohn

Le diagnostic nécessite généralement l’utilisation d’une combinaison de tests. Votre médecin recueillera les antécédents médicaux détaillés, y compris la prise de médicaments et les antécédents familiaux, et effectuera un examen objectif.

Examen objectif

Au cours de l’examen objectif, le médecin, typiquement :

  • vérifie l’absence de gonflement ou de distension de l’abdomen ;
  • écoute les sons abdominaux avec un phonendoscope ;
  • palper l’abdomen pour identifier les zones douloureuses et vérifier la taille du foie et de la rate.

Tests

Les tests suivants peuvent être utiles pour diagnostiquer la maladie de Crohn :

  • des analyses de laboratoire (urine et sang) ;
  • Radio du tube digestif supérieur ;
  • Tomographie par ordinateur (CT) ;
  • Endoscopie intestinale.

Des tests supplémentaires peuvent également être effectués pour exclure d’autres maladies, telles que la colite ulcéreuse, la maladie diverticulaire ou le cancer, qui pourraient être à l’origine de symptômes similaires à ceux de la maladie de Crohn.

Tests de laboratoire

Les tests de laboratoire suivants peuvent être utiles :

  • Les analyses de sang ; un échantillon de sang est prélevé par des professionnels de la santé et testé en laboratoire pour détecter des changements dans le sang :
    • les globules rouges (érythrocytes). S’il y a une réduction du nombre ou de la taille, la personne peut être anémique,
    • les globules blancs (leucocytes). Une numération leucocytaire supérieure à la normale peut indiquer une inflammation ou une infection dans l’organisme.
  • Analyse des selles. Il s’agit de l’analyse d’un échantillon de matières fécales. Elle doit être recueillie dans un récipient spécial. L’échantillon à tester doit être prélevé et envoyé conformément aux instructions. L’analyse des selles permet d’exclure d’autres causes de maladies intestinales.

Endoscopie intestinale

L’endoscopie est le moyen le plus précis de diagnostiquer la maladie de Crohn et d’exclure d’autres maladies comme la colite ulcéreuse, la maladie diverticulaire ou le cancer. La coloscopie consiste à examiner l’intérieur du rectum et l’ensemble du côlon à l’aide d’un coloscope, un tube long, fin et flexible muni d’une lumière et d’une petite caméra vidéo à l’une de ses extrémités. Il est également possible de rechercher des signes de la maladie de Crohn dans l’iléon.

L’examen est effectué par un médecin spécialement formé. Avant la procédure, vous devrez suivre certaines instructions spécifiques avant l’examen. Pendant la procédure, des sédatifs, des analgésiques ou même des anesthésiques sont administrés. Le coloscope est introduit par l’anus, le patient étant allongé sur un divan, et guidé lentement à travers le rectum et le côlon jusqu’à l’extrémité de l’iléon. Si la maladie de Crohn est suspectée, des échantillons de biopsie seront prélevés dans l’iléon, le côlon et le rectum. Les échantillons sont indolores.

Au cours de l’endoscopie du tube digestif supérieur (gastroscopie), l’endoscope est utilisé pour étudier le tube digestif ou gastro-intestinal proximal.

Entéroscopie

Au cours d’une entéroscopie, le médecin étudie l’intestin grêle à l’aide d’un endoscope spécial plus long, en utilisant l’une des procédures suivantes :

  • l’entéroscopie poussée, au cours de laquelle la partie supérieure de l’intestin grêle est examinée à l’aide d’un long endoscope ;
  • l’entéroscopie à ballonnet simple ou double, au cours de laquelle des ballonnets sont utilisés pour déplacer l’endoscope dans l’intestin grêle ;
  • l’entéroscopie spiralée, dans laquelle un tube fixé à l’endoscope est utilisé comme cavité pour déplacer l’endoscope dans l’intestin grêle.

L’endoscopie par vidéocapsule nécessite l’ingestion d’une capsule contenant une minuscule caméra qui permet au médecin de visualiser l’intérieur du tube digestif. Avant l’intervention, vous devrez vous abstenir de manger des aliments solides et de boire des liquides. Vous devrez suivre des instructions pour vous préparer à l’examen de la capsule vidéo endoscopique. Cette procédure ne nécessite pas d’anesthésie.

Le test commence dans une clinique ambulatoire, où vous allez avaler la capsule vidéo. Vous pouvez ensuite quitter la clinique. Lorsque la capsule vidéo se déplace dans votre tube digestif, elle enregistre et transmet des images à un petit récepteur que vous portez. Une fois l’enregistrement terminé, le médecin télécharge et examine les images. La vidéocapsule est ensuite expulsée avec la défécation ; elle peut être jetée sans danger dans les toilettes.

Radiographie du tractus GE supérieur

Cette procédure est basée sur l’acquisition de radiographies combinées à un liquide crayeux, le baryum (schisme opaque), et est utilisée pour étudier le tractus GE supérieur.

La procédure est effectuée par un technologue et un radiologue dans un hôpital ou une cliniqu. Avant l’intervention, vous devrez vous abstenir de consommer des aliments solides et des liquides. Vous devrez suivre des instructions spéciales pour vous préparer à l’examen radiographique. Cette procédure ne nécessite pas d’anesthésie.

La procédure est réalisée avec le patient assis ou debout devant l’appareil à rayons X et nécessite l’ingestion de baryum. Ce liquide rend le tractus GE supérieur visible sur la radiographie. Le patient est ensuite placé en décubitus dorsal sur la table de radiographie pendant que le radiologue observe en scopie le mouvement du baryum dans le tractus GE supérieur.

Scanner

Un scanner utilise une séquence de rayons X et un traitement informatique pour générer des sections du tube digestif. Pour cet examen, il peut être nécessaire de donner au patient une solution à boire et l’injection d’un colorant spécial, appelé agent de contraste. L’agent de contraste facilite la visualisation des structures internes du corps. Pendant l’examen, le patient est allongé sur un divan qui glisse dans un dispositif en forme de tunnel dans lequel se fait l’acquisition radiologique. Le scanner permet de diagnostiquer à la fois la maladie de Crohn et ses complications.

Traitement de la maladie de Crohn

La maladie de Crohn est prise en charge et traitée par le biais d’une approche multidisciplinaire impliquant des associations de

  • médicaments ;
  • repos intestinal ;
  • et éventuellement une chirurgie.

Il n’existe pas d’approche thérapeutique unique qui soit toujours efficace. Les objectifs du traitement sont

  • pour réduire l’inflammation intestinale ;
  • la prévention des récidives symptomatiques ;
  • et le maintien des rémissions.

À ce jour, il n’existe malheureusement aucun moyen de guérir définitivement la maladie.

Médicaments

Aminosalicylates

De nombreux cas de maladie de Crohn nécessitent un traitement médicamenteux, qui est choisi et prescrit en fonction des symptômes présents. Les aminosalicylates contiennent de l’acide 5-aminosalicylique (5-ASA), qui aide à contrôler l’inflammation. Les aminosalicylates sont généralement utilisés pour traiter les personnes chez qui la maladie vient d’être diagnostiquée et qui présentent des symptômes légers. Des exemples d’aminosalicylates sont :

  • mésalazine (Asacol®, Asalex®, …) ;
  • balsalazide ;
  • la mésalamine ;
  • olsalazine ;
  • sulfasalazine ;

Les aminosalicylates peuvent provoquer les effets secondaires suivants :

  • la diarrhée ;
  • mal de tête ;
  • brûlures d’estomac ;
  • nausées et vomissements ;
  • des douleurs abdominales.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes (cortisone) aident à réduire l’activité du système immunitaire et à diminuer l’inflammation. Votre médecin prescrit des corticostéroïdes aux personnes présentant des symptômes modérés ou graves. Ces corticostéroïdes sont :

  • budésonide ;
  • hydrocortisone ;
  • méthylprednisolone ;
  • la prednisone.

Voici les effets secondaires des corticostéroïdes :

  • acné,
  • une réduction de la masse osseuse,
  • l’hyperglycémie,
  • l’hypertension artérielle,
  • une susceptibilité accrue aux infections,
  • des sautes d’humeur,
  • la prise de poids.

Dans la plupart des cas, ces médicaments ne sont pas prescrits pour une utilisation à long terme.

Immunomodulateurs

Les immunomodulateurs réduisent l’activité du système immunitaire, réduisant ainsi l’inflammation du tube digestif. Ils peuvent prendre plusieurs semaines à trois mois avant de commencer à montrer leur efficacité. Ils comprennent :

  • 6-mercaptopurine (6-MP) ;
  • l’azathioprine ;
  • la cyclosporine ;
  • le méthotrexate.

Ces médicaments sont prescrits pour induire une rémission ou lorsque le patient ne répond pas aux autres traitements. Ils peuvent provoquer les effets secondaires suivants :

  • Leucocytopénie (quantité réduite de globules blancs), avec risque accru d’infection ;
  • la fatigue ;
  • nausées et vomissements ;
  • pancréatite.

D’autres médicaments peuvent être prescrits par votre médecin :

  • Paracétamol (Tachipirine) en cas de douleurs légères. L’ibuprofène, le naproxène et l’aspirine sont à éviter car ces médicaments peuvent aggraver les symptômes ;
  • Des antibiotiques pour prévenir ou traiter les complications infectieuses, comme les abcès et les fistules ;
  • Le lopéramide (Imodium), pour arrêter ou ralentir les épisodes de diarrhée intense. Dans la plupart des cas, le patient prend ce médicament pendant de courtes périodes car il augmente le risque de développer un mégacôlon.

Repos intestinal

Dans les formes graves de la maladie de Crohn, il peut être nécessaire de mettre les intestins au repos pendant des périodes allant de quelques jours à plusieurs semaines. Le repos intestinal consiste à ne boire que quelques liquides, sans rien manger ni boire d’autre. Pendant le repos intestinal, votre médecin peut :

  • prescrire l’apport de liquides contenant des nutriments,
  • administrer un liquide contenant des nutriments par un tube inséré dans l’estomac ou l’intestin grêle,
  • nourrir le patient par voie intraveineuse grâce à un cathéter spécial inséré dans une veine du bras.

Le traitement peut nécessiter une hospitalisation ou être dispensé à domicile. Dans la plupart des cas, la période de repos permet à l’intestin de guérir.

Chirurgie

De nombreuses personnes atteintes de la maladie de Crohn doivent subir un traitement chirurgical malgré les médicaments. Une étude a révélé qu’environ 60 % des personnes concernées se font opérer dans les 20 ans suivant le diagnostic. La chirurgie ne guérit pas la maladie, mais elle peut traiter les complications et améliorer les symptômes.

En général, la chirurgie est recommandée pour traiter :

  • fistules ;
  • des hémorragies potentiellement mortelles ;
  • les obstructions intestinales ;
  • les effets secondaires des médicaments s’ils mettent la vie en danger ;
  • les symptômes si les médicaments s’avèrent inefficaces.

Il existe plusieurs options chirurgicales pour le traitement de la maladie de Crohn et toutes nécessitent une anesthésie générale et une hospitalisation typique de 3 à 7 jours après l’opération. Le rétablissement complet nécessite 4 à 6 semaines.

Régime alimentaire et maladie de Crohn

Il n’y a pas de preuve spécifique qu’un régime alimentaire particulier puisse aider à la gestion de la maladie de Crohn, mais dans certains cas, modifier le régime (en consultation avec le médecin) peut aider à réduire les symptômes ; les changements suivants peuvent être utiles :

  • l’élimination des boissons gazeuses ou effervescentes,
  • élimination des aliments riches en fibres, comme le pop-corn, les cosses, les fruits secs,
  • l’absorption d’une grande quantité de liquides,
  • manger des repas petits et fréquents,
  • tenir un journal alimentaire pour essayer d’identifier les aliments malsains.

En fonction des symptômes ou des médicaments, des régimes alimentaires spécifiques peuvent être suggérés, par exemple :

  • les régimes hypercaloriques ;
  • les aliments sans lactose ;
  • les régimes pauvres en graisses ;
  • les régimes pauvres en fibres ;
  • les régimes à faible teneur en sodium.

Le régime alimentaire et toute modification de celui-ci doivent être discutés avec votre médecin, qui peut également vous recommander des compléments et des vitamines en cas de malabsorption. Pour des raisons de sécurité, consultez toujours votre médecin avant d’utiliser des compléments ou de recourir à des formes de médecine complémentaire ou alternative.

Sources bibliographiques


🗒 La maladie de Crohn | Association François Aupetit
https://www.afa.asso.fr/
🗒 Crohn’s disease | Medline plus
https://medlineplus.gov/crohnsdisease.html
🗒 Maladie de Crohn | Livre Blanc de l’Hépato-Gastroentérologie
https://www.livre-blanc-cnp-hge.fr/maladie-de-crohn/
🗒 Guide médecin sur la maladie de Crohn | Haute Autorité de santé (Ed)
https://www.has-sante.fr/jcms/c_671094/fr/ald-n-24-maladie-de-crohn