Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Toxoplasmose : symptômes, traitement et risques pendant la grossesse

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ deux millions de citoyens européens contractent chaque année la toxoplasmose à partir de sources alimentaires ; la quasi-totalité d’entre eux (95 %) l’ignorent, car l’infection se développe de manière asymptomatique ou avec des manifestations communes à d’autres maladies. Cependant, si elle est contractée dans certaines conditions (grossesse, système immunitaire déprimé, etc.), elle peut avoir des complications et des séquelles particulièrement graves.

Cette infection est causée par un parasite microscopique (protozoaire Toxoplasma gondii) qui peut vivre dans les cellules des humains et des animaux, en particulier les chats et les animaux de ferme.

Dans le passé, on pensait que vivre avec un chat exposait à un risque élevé d’infection, mais comme nous le verrons plus loin, en réalité, dans la plupart des cas, l’infection se produit par la consommation d’aliments contaminés de diverses manières, ou beaucoup plus rarement à la suite d’une transplantation d’organe ou d’une transfusion sanguine infectée. Lorsqu’ils sont présents, les symptômes de la toxoplasmose sont semblables à ceux de la grippe et comprennent :

  • des ganglions lymphatiques hypertrophiés ;
  • des douleurs musculaires qui peuvent durer un mois ou plus.

La plupart des patients atteints de toxoplasmose ne nécessitent pas de traitement, mais il existe des médicaments qui peuvent être administrés aux femmes enceintes et aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Comment se transmet la toxoplasmose ?

On croit encore largement que le principal responsable de l’infection de la toxoplasmose est le chat domestique qui :

  • vit toujours à l’intérieur d’une habitation ;
  • mange habituellement des aliments industriels (boîtes de conserve et/ou croquettes) ;
  • n’a jamais été nourri avec de la viande crue, des produits à base de viande crue ou des produits de charcuterie (jambon cru, bresaola, …)

Plus important encore, lorsque le chat est infecté par le protozoaire responsable de la maladie, il excrète des oocystes (qui sont les “œufs” du parasite) dans ses excréments. Avant que ces oocystes ne deviennent capables de transmettre la maladie à l’homme s’ils sont ingérés, il faut compter de 1 à 5 jours à partir de leur émission dans les excréments (en fonction des conditions de température et d’humidité), de sorte que le fait de changer la litière tous les jours élimine pratiquement tout risque.

Un autre aspect significatif est que l’expulsion des œufs a lieu pendant un maximum de 20 jours consécutifs, après quoi le chat acquiert une immunité pour le reste de sa vie. (source : Merck Veterinary Manual). À la lumière de ces faits, il est donc clair que le risque d’infection par les chats est presque nul et, en tout cas, radicalement inférieur à celui des autres causes possibles d’infection.

D’autre part, il est plus facile d’être infecté par :

  • la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite contaminée ;
  • l’ingestion d’aliments crus, de fruits ou de légumes non lavés qui ont été contaminés par du fumier ;
  • la préparation des aliments avec des couteaux et autres ustensiles utilisés pour préparer de la viande crue.

Les oocystes capables de causer la maladie peuvent rester contagieux pendant des mois.

Bien que l’infection ne se transmette normalement pas d’une personne à l’autre, à l’exception de la grossesse, dans de rares cas la toxoplasmose peut être transmise par des transfusions sanguines et des organes donnés pour une transplantation.

Symptômes de la toxoplasmose

La toxoplasmose se transmet des animaux à l’homme, parfois sans provoquer de symptômes. En revanche, lorsqu’un enfant est infecté, les symptômes peuvent varier en fonction de l’âge et de la réponse du système immunitaire à l’infection. Même les chats infectés ne montrent souvent aucun signe d’infection.

Les infections de toxoplasmose chez l’homme peuvent être de trois types :

  • la toxoplasmose chez des personnes en bonne santé (avec les mêmes symptômes que ceux que peut présenter une femme enceinte) ;
  • la toxoplasmose congénitale, dans laquelle un bébé est infecté avant sa naissance ;
  • la toxoplasmose chez les patients dont le système immunitaire est affaibli.

Toxoplasmose chez les patients sains

Une personne en bonne santé qui est infectée par la toxoplasmose peut ne présenter aucun symptôme ou, lorsqu’ils sont présents, ils sont souvent de type grippal :

  • de la fièvre ;
  • des douleurs musculaires ;
  • de la fatigue ;
  • un sentiment de malaise ;
  • une gorge enflammée ;
  • des ganglions lymphatiques hypertrophiés.

Si des symptômes sont présents, ils s’améliorent généralement d’eux-mêmes en 6 semaines environ ; une fois que vous avez contracté la toxoplasmose, vous êtes immunisé pour le reste de votre vie.

Toxoplasmose pendant la grossesse

Lorsqu’une femme enceinte contracte la toxoplasmose pendant sa grossesse (même si elle ne présente aucun symptôme) et qu’elle n’est pas traitée, il existe un risque fondé de transmettre l’infection à son enfant à naître. Les enfants qui sont infectés au cours du premier trimestre de la grossesse de leur mère présentent généralement les symptômes les plus graves.

Cependant, il est rare qu’une femme qui a contracté la toxoplasmose avant d’être enceinte transmette l’infection au fœtus, car elle, et par conséquent son bébé, auront développé une immunité contre l’infection. Cependant, une femme enceinte qui a eu une infection antérieure peut devenir immunodéprimée et l’infection peut réapparaître ; pour éviter de tels cas, il est conseillé d’attendre au moins 6 mois après la maladie avant d’essayer de devenir enceinte.

Jusqu’à 90 % des enfants nés avec une toxoplasmose congénitale ne présentent aucun symptôme dans la petite enfance, mais un grand pourcentage d’entre eux montrera des signes d’infection des mois ou des années plus tard. Les quelques personnes qui présentent des signes clairs d’infection à la naissance ou peu après peuvent être nées prématurément et/ou avoir un poids insuffisant.

D’autres signes et symptômes, s’ils se produisent, peuvent inclure :

  • de la fièvre ;
  • des ganglions lymphatiques hypertrophiés ;
  • la jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux dû à un taux anormal de bilirubine dans la circulation) ;
  • une tête particulièrement grande ou petite ;
  • une éruption cutanée ;
  • des ecchymoses ou des saignements sous la peau ;
  • de l’anémie ;
  • une hypertrophie du foie ou de la rate,

Certains enfants atteints de toxoplasmose congénitale présentent également des troubles du cerveau et du système nerveux, ce qui conduit à

  • des crises d’épilepsie ;
  • des problèmes de tonus musculaire ;
  • des difficultés d’alimentation ;
  • une perte d’audition ;
  • et du retard mental.

Enfin, il existe un risque élevé d’endommager les yeux, en particulier la rétine (la membrane sensible à la lumière située derrière l’œil, responsable de la vision), ce qui se manifeste par de graves problèmes de vision. Si un enfant naît avec une toxoplasmose congénitale et n’est pas traité pendant son enfance, il présentera toujours des signes d’infection (souvent des lésions oculaires) de la petite enfance à l’adolescence.

Toxoplasmose chez les patients immunodéprimés

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli (par exemple les malades du SIDA, les cancéreux ou les personnes recevant des immunosuppresseurs après une transplantation d’organe) courent un risque élevé d’infection par le protozoaire. En particulier pour les patients atteints du SIDA, la toxoplasmose peut provoquer une encéphalite toxoplasmique (une inflammation du cerveau) avec des symptômes tels que :

  • la fièvre,
  • la migraine,
  • la psychose,
  • des problèmes de vision, de parole, de mouvement et de réflexion.

Durée

Bien que les parasites soient capables de commencer à se multiplier en une semaine dans l’organisme hôte, les symptômes peuvent apparaître jusqu’à plusieurs semaines ou mois après le contact avec le protozoaire.

Une fois la toxoplasmose contractée, le micro-organisme responsable reste à vie dans l’organisme, mais sous une forme latente (inactive), ne pouvant plus présenter de symptômes. Ce n’est qu’en cas d’immunosuppression que l’infection peut réapparaître. Chez un enfant dont le système immunitaire est affaibli, la toxoplasmose congénitale peut être fatale.

Quels sont les risques de la toxoplasmose ?

Les plus grands dangers sont associés à la toxoplasmose congénitale et dans tous les cas d’immunodépression sévère. Le risque pour le fœtus de contracter une toxoplasmose congénitale est légèrement plus faible si l’infection se produit au cours du premier trimestre (10 % à 25 %) qu’au cours du troisième trimestre (60 % à 90 %), mais le risque de complications graves est nettement et significativement plus élevé si l’infection se produit au cours du premier trimestre.

Quand appeler votre médecin ?

En cas d’infection possible (ou de symptômes évocateurs), il est essentiel d’appeler le médecin si le patient présente :

  • le SIDA ;
  • le cancer ;
  • une affection qui affecte le système immunitaire, comme la prise de médicaments anti-rejet après une transplantation.

Si vous êtes enceinte et que vous remarquez ne serait-ce qu’un gonflement de la glande, surtout si vous avez mangé des aliments crus ou non lavés, appelez immédiatement un médecin de garde ou rendez-vous à l’hôpital.

Diagnostic de la toxoplasmose

Il est possible de diagnostiquer la toxoplasmose avec certitude grâce à des tests de laboratoire qui détectent les parasites microscopiques :

  • dans le sang ;
  • dans le liquide céphalo-rachidien ;
  • dans le liquide amniotique et le placenta (amniocentèse) ;
  • dans les ganglions lymphatiques ;
  • dans la moelle osseuse ;
  • ou d’autres tissus du corps.

Plus fréquemment, cependant, des analyses sanguines sont prescrites pour mesurer les taux d’anticorps (substances faisant partie des réactions immunitaires défensives de l’organisme) dans le sang, IgM et IgG (voir section suivante pour l’interprétation).

Des tests génétiques sophistiqués permettent d’identifier l’ADN contenant les gènes des parasites de la toxoplasmose après qu’ils aient envahi l’organisme. Ces tests sont particulièrement utiles pour rechercher dans le liquide amniotique la présence d’une toxoplasmose congénitale chez le fœtus, qui peut également être détectée par échographie. Ces deux tests ne sont malheureusement pas suffisamment précis et peuvent donner des résultats faussement positifs.

Traitement de la toxoplasmose

Sauf en cas d’affaiblissement du système immunitaire ou de grossesse, il n’est généralement pas nécessaire de traiter une infection par la toxoplasmose. Les symptômes (principalement le gonflement des glandes) disparaissent en quelques semaines ou mois. Cependant, les enfants doivent toujours être examinés par un médecin, car le gonflement des glandes peut également être le signe d’une autre maladie.

Si le diagnostic de toxoplasmose est posé pendant la grossesse, le plan de traitement visant à réduire le risque de complications sera plus soigneusement étudié, généralement par le biais d’une antibiothérapie. Les enfants nés avec une toxoplasmose congénitale sont traités avec divers médicaments contre la toxoplasmose, généralement pendant la première année après la naissance.

Chez un enfant plus âgé et en bonne santé qui développe une infection grave par la toxoplasmose, le traitement dure généralement 4 à 6 semaines (ou au moins 2 semaines après la disparition des symptômes). Les enfants dont le système immunitaire est affaibli doivent souvent être hospitalisés lorsqu’ils contractent la toxoplasmose, et ceux qui ont le SIDA doivent parfois prendre des médicaments anti-toxoplasmose à vie.

Prévention

Pour prévenir la toxoplasmose, il a été amplement démontré qu’il n’est pas nécessaire de se séparer de son chat car le risque de la contracter de cette manière est presque négligeable, mais il est possible de formuler les recommandations générales suivantes :

  • bien faire cuire la viande ;
  • lavez-vous les mains à l’eau et au savon après avoir touché des aliments crus ou des légumes non lavés ;
  • laver tous les fruits et légumes avant de les servir – les éplucher est une garantie supplémentaire ;
  • congelez la viande pendant quelques jours avant de la cuisiner, car cela permet de réduire les risques de toxoplasmose ;
  • Lavez soigneusement les planches à découper, les autres ustensiles et les surfaces de la cuisine (en particulier celles qui sont en contact avec la viande crue) à l’eau chaude savonneuse après chaque utilisation ;
  • si vous êtes enceinte, demandez à quelqu’un d’autre de changer la litière de votre chat. Et demandez-lui d’utiliser du détergent ou de l’eau chaude pour le nettoyer et de bien se laver les mains après l’avoir fait. Si personne d’autre ne peut changer le bac à litière, portez des gants pour le faire et lavez-vous bien les mains après ;
  • gardez votre chat à l’intérieur en permanence pour éviter qu’il n’attrape la toxoplasmose par les excréments et/ou les petits animaux infectés qu’il essaie d’attraper ou de manger ;
  • garder le bac à litière à l’extérieur et le couvrir pour empêcher les chats errants de l’utiliser comme litière ;
  • ne donnez pas de viande crue à votre chat ;
  • ne prenez pas un nouveau chat si vous êtes enceinte ;
  • portez des gants pour jardiner et lavez-vous les mains immédiatement après ;
  • certaines sources américaines conseillent la prudence en présence de cafards et autres insectes, qui peuvent entrer en contact avec des fèces infectées et disperser des oocystes dans l’environnement ;
  • ne buvez pas d’eau non purifiée, surtout si vous voyagez dans des pays sous-développés.

En ce qui concerne le bac à litière du chat, si celui-ci vit également à l’extérieur ou ne mange de la viande crue qu’occasionnellement, il est également important de le nettoyer rapidement, car les kystes contenus dans les fèces n’éclosent et ne deviennent infectieux qu’après une période de 1 à 5 jours.

Sources bibliographiques


🗒 Toxoplasmosis | Medline plus
https://medlineplus.gov/toxoplasmosis.html
🗒 Toxoplasmosis: General FAQs | CDC
https://www.cdc.gov/parasites/toxoplasmosis/gen_info/faqs.html
🗒 Toxoplasmose | Ministère de l’Agriculture
https://agriculture.gouv.fr/telecharger/118947