Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Syphilis : symptômes, diagnostic et traitement de la maladie

La syphilis est une maladie sexuellement transmissible (MST) causée par une bactérie (Treponema pallidum). Elle peut toucher les hommes et les femmes dans des zones corporelles différentes :

  • la zone génitale ;
  • les lèvres ;
  • la bouche ;
  • l’anus.

Elle est généralement transmise lors de rapports sexuels avec des patients infectés, mais peut également être transmise de la mère au fœtus pendant la grossesse. La phase initiale de la syphilis se caractérise par l’apparition d’une petite ulcération indolore (syphilome) et par une éventuelle hypertrophie des ganglions lymphatiques les plus proches. Si elle n’est pas traitée, elle provoque alors une éruption cutanée sans démangeaison, souvent sur les mains et les pieds.

Dans de nombreux cas, la maladie peut malheureusement passer inaperçue pendant des années, car les symptômes fluctuent dans le temps et peuvent disparaître pendant de longues périodes. Les ulcérations provoquées par la syphilis facilitent également la transmission du VIH lors des rapports sexuels, tant en termes de risque d’être infecté que de devenir infecté.

En cas de grossesse, la maladie peut provoquer :

  • malformations
  • divers problèmes de santé,
  • l’avortement.

Le diagnostic est généralement établi au moyen d’une simple analyse de sang. Le pronostic de la syphilis est généralement excellent, car elle est facile à traiter avec des antibiotiques, surtout lorsqu’elle est diagnostiquée à un stade précoce. La prévention est possible en évitant les rapports sexuels occasionnels et en utilisant correctement les préservatifs, bien que le risque ne soit malheureusement pas nul.

Contagion

La syphilis est causée par la bactérie Treponema pallidum, qui apparaît visuellement au microscope comme un petit filament en forme de spirale. L’infection est généralement transmise lors de rapports sexuels :

  • génitale ;
  • orogénital ;
  • anogénitale.

La syphilis est contagieuse pendant les stades primaire et secondaire et parfois au début de la période de latence. Les bactéries pénètrent dans l’organisme par des microcoupures ou des abrasions de la peau ou des muqueuses. Plus rarement, elle se transmet par contact étroit avec une lésion active (par exemple, lors d’un baiser) ou d’une mère infectée au fœtus pendant la grossesse ou à la naissance (syphilis congénitale).

En revanche, la syphilis ne peut être contractée par le simple partage des toilettes, des vêtements ou des couverts, ni par les poignées, les piscines ou les saunas. Une fois la maladie guérie, elle ne rechute pas d’elle-même, mais il est possible d’être à nouveau infecté en ayant un contact avec une personne atteinte d’un ulcère syphilitique ; en d’autres termes, aucune immunité n’est acquise.

Le risque de transmission est d’environ 30% en cas de contact unique avec une personne atteinte de syphilis primaire, tandis que le risque de transmission materno-fœtale est de 60-80%.

Symptômes de la syphilis

Au stade précoce, la syphilis ne provoque généralement aucun symptôme. Cependant, si l’infection n’est pas traitée, elle peut évoluer et infecter tout le corps. Elle évolue généralement en 3 phases successives, chacune caractérisée par des symptômes différents.

Syphilis primaire

Les symptômes du premier stade de l’infection, appelé syphilis primaire, apparaissent généralement 21 jours après un rapport sexuel avec une personne infectée (période d’incubation), mais cette période peut varier de 10 à 90 jours ; une plaie rouge indolore appelée syphilome initial peut apparaître sur les organes génitaux, sur la zone où se situe l’infection.

Plus rarement, plusieurs ulcérations peuvent apparaître, mais généralement le syphilome est unique, de forme ronde ; il apparaît au point d’entrée du virus dans l’organisme, donc normalement au niveau génital, et peut parfois passer inaperçu. Elle dure environ 3 à 6 semaines, après quoi elle guérit spontanément, même sans traitement, mais dans ce cas, l’infection peut évoluer vers la forme secondaire.

Syphilis secondaire

La deuxième phase commence généralement des semaines ou des mois après l’apparition de la syphilis initiale. La bactérie de la syphilis pénètre dans la circulation sanguine et se propage dans tout le corps, provoquant des symptômes très différents, qui peuvent être les suivants :

  • une éruption fugace de nature congestive (petites ombres rouges) ;
  • de la fièvre ;
  • des maux de tête ;
  • un manque d’appétit ;
  • la perte de poids ;
  • un mal de gorge ;
  • une douleur musculaire ;
  • des douleurs articulaires ;
  • un épuisement général ;
  • une hypertrophie des ganglions lymphatiques ;
  • une alopécie (perte de cheveux).

L’éruption de la syphilis secondaire peut apparaître sur la paume des mains et la plante des pieds, les bras et les jambes ; dans la plupart des cas, il s’agit de taches rondes et rouges, mais il est possible qu’elles soient légèrement différentes ou même si légères qu’elles passent inaperçues.

Des plaques de peau grises ou blanches ressemblant à des verrues, appelées syphilodes, peuvent apparaître dans les zones humides autour de la bouche, de l’anus et du vagin. Ces lésions sont pleines de bactéries et très contagieuses. Au deuxième stade, la syphilis peut également affecter le foie, les reins et les yeux, ou provoquer une méningite. Les symptômes de la syphilis secondaire disparaissent spontanément après quelques semaines, mais malgré cette apparente guérison, l’infection peut progresser jusqu’au troisième stade sans traitement adéquat.

Dans certains cas, le premier et le deuxième stade peuvent être totalement asymptomatiques.

Stade latent

Le stade latent (caché) de la syphilis est le nom donné à une période pendant laquelle il n’y a pas de signes ou de symptômes visibles, mais sans traitement, la personne infectée continuera d’être contagieuse. Cette phase peut durer dans certains cas pendant des années avant de passer à la forme tertiaire.

Syphilis tertiaire

Les symptômes du troisième stade peuvent apparaître même 10 à 30 ans plus tard, mais peuvent devenir mortels. L’infection peut affecter de nombreux organes et systèmes, notamment

  • le cerveau ;
  • les nerfs ;
  • les yeux ;
  • le cœur ;
  • les vaisseaux sanguins ;
  • le foie ;
  • les os.

Tests et diagnostic de la syphilis

diagnostic syphilis

La méthode de choix pour le diagnostic de la syphilis est la détection microscopique de Treponema pallidum, mais cette technique n’est pas très répandue, car il est généralement préférable de s’appuyer sur des tests sanguins. Les tests sanguins peuvent être classés comme suit :

  • tests non-tuberculeux ;
  • et les tests tréponémiques.

L’approche actuelle consiste à utiliser les deux, dont la combinaison donne une très bonne sensibilité et spécificité (les tests d’anticorps tréponémiques se révèlent généralement positifs dans les 2 à 5 semaines suivant l’infection initiale).

Les tests non tréponémiques tels que le VDRL sont simples, peu coûteux et pratiques, même lorsqu’ils sont utilisés à des fins de dépistage ; l’inconvénient est qu’ils peuvent donner des faux positifs (c’est-à-dire des résultats positifs en l’absence de maladie) et ne permettent donc pas un diagnostic définitif. Un test tréponémique, tel que le TPHA ou le FTA-ABS, est ensuite combiné pour détecter dans le sang les anticorps spécifiques à la bactérie de la syphilis.

Cette séquence de tests est considérée comme l’algorithme de diagnostic électif.

Il convient de noter que les anticorps tréponémiques apparaissent plus tôt que les anticorps non tréponémiques et restent généralement détectables tout au long de la vie, même après un traitement réussi. Si un test tréponémique est utilisé pour le dépistage et que les résultats sont positifs, un test non tréponémique avec titre doit être réalisé pour confirmer le diagnostic et orienter les décisions de prise en charge du patient. En fonction des résultats, d’autres tests tréponémiques peuvent être indiqués.

  • VDRL et TPHA négatifs : Une infection peut être raisonnablement exclue ; en cas de rapport sexuel à risque récent, il peut être recommandé de répéter le test ou de le vérifier par un autre test (FTA-ab) ;
  • VDRL positif, TPHA négatif : dans la plupart des cas, il s’agit d’un faux positif ;
  • VDRL négatif, TPHA positif : Il s’agit généralement d’un cas de syphilis traitée avec succès dans le passé, plus rarement d’une syphilis en phase de latence, puisque les tests tréponémiques restent positifs tout au long de la vie, même après la guérison ;
  • VDRL positif, TPHA positif : diagnostic de syphilis (en cas de traitement récent, il peut s’agir d’une positivité résiduelle qui deviendra négative).

Dangers

L’infection augmente le risque d’infection par le VIH, évidemment uniquement en cas de relations avec des partenaires infectés, et augmente le risque d’infecter le partenaire si le malade de la syphilis est séropositif. La syphilis, si elle n’est pas traitée correctement, peut entraîner de graves problèmes de santé et des dommages, y compris des dommages permanents aux organes suivants

  • les yeux,
  • de gros vaisseaux sanguins,
  • le cœur,
  • les os,
  • du système nerveux central (neurosyphilis).

Une femme enceinte souffrant d’une maladie sexuellement transmissible peut la transmettre à son bébé, même en l’absence de symptômes, c’est pourquoi des tests de dépistage sont proposés lors des examens prénataux de routine.

Traitement contre la syphilis

traitement syphilis

Un médecin peut diagnostiquer la syphilis par un examen physique et des tests sanguins spécifiques ; le traitement consiste à administrer des antibiotiques ; plus le diagnostic est précoce, plus la thérapie est efficace. Le calendrier des traitements varie en fonction du stade de l’infection au moment du diagnostic, mais après le traitement, tous les patients doivent se soumettre à des contrôles réguliers pendant au moins un an.

En plus de suivre le traitement médicamenteux, le patient doit s’abstenir d’avoir des rapports sexuels jusqu’à la guérison complète des lésions causées par l’infection.

Prévention

La syphilis étant une maladie sexuellement transmissible, le meilleur moyen d’éviter de la contracter est de s’abstenir de tout rapport sexuel. Une activité sexuelle avec plus d’un partenaire ou avec une personne ayant des rapports sexuels avec plusieurs partenaires peut augmenter le risque d’entrer en contact avec l’infection.

Les préservatifs, lorsqu’ils sont utilisés correctement et systématiquement, réduisent le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles, mais malheureusement, dans le cas de la syphilis, un petit pourcentage de risque subsiste parce qu’il est impossible d’éviter le contact avec un éventuel syphilome ou une autre ulcération dans une position autre que la partie de la muqueuse couverte par un préservatif.

Comme la syphilis ne présente souvent pas de symptômes évidents, les personnes ne savent pas qu’elles sont infectées. Les personnes sexuellement actives doivent donc se protéger régulièrement pour ne pas éviter des problèmes de santé plus graves. Un patient qui a été traité pour la syphilis est souvent invité à subir des tests supplémentaires pour d’autres maladies sexuellement transmissibles, en premier lieu le VIH.

Sources bibliographiques


🗒  Syphilis | Santé Publique France
https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/infections-sexuellement-transmissibles/syphilis
🗒  Symptômes et diagnostic de la syphilis | Ameli.fr
https://www.ameli.fr/cote-d-opale/assure/sante/themes/syphilis/symptomes-diagnostic
🗒  Comment dépister la syphilis ? | HAS Santé
https://www.has-sante.fr/jcms/c_546891/fr/comment-depister-la-syphilis