Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Hémorroïdes : les reconnaître et les soigner

Le mot dérive du grec “haimorroides“, composé de “haima” et “rhein” signifiant respectivement “sang” et “écoulement” : le mot signifie donc “veines d’où s’écoule le sang“. En fait, les hémorroïdes internes et externes, sont des coussinets placés dans le canal anal dont la fonction est de compléter la continence fécale (capacité à retenir les matières fécales et les gaz).

L’entrée et la sortie du sang régulent la fermeture et l’ouverture du canal anal, en d’autres termes, les hémorroïdes se comportent comme des valves qui empêchent la sortie involontaire des matières fécales. De ce point de vue, chacun d’entre nous a donc des hémorroïdes.

Qu’est ce qu’une crise hémorroïdaire ?

Qu’est-ce que cela signifie de souffrir d’hémorroïdes ? Cela signifie que les veines de l’anus, en se dilatant progressivement, donnent naissance à la maladie hémorroïdaire, cause potentielle de symptômes tels que :

  • douleur
  • malaise
  • saignement
  • et des démangeaisons.

De mauvaises habitudes alimentaires et un mode de vie sédentaire figurent parmi les causes les plus courantes de cette inflammation gênante, souvent douloureuse, qui peut être prévenue par un changement de mode de vie ou traitée par une thérapie appropriée.

Dans les pays occidentaux, près de 50 % de la population de plus de 50 ans souffre d’une inflammation plus ou moins sévère des hémorroïdes ; cette affection peut survenir à tout âge, mais son incidence augmente avec l’âge.

Les hommes comme les femmes sont touchés, bien que les hommes soient plus susceptibles d’être affectés. Il faut considérer qu’il existe également une certaine prédisposition à la maladie, qu’elle soit due à des antécédents familiaux, à l’hérédité ou à la constitution, de sorte que certains individus sont plus sensibles aux facteurs qui conduisent au développement des hémorroïdes.

En général, cependant, on peut dire que :

  • un régime pauvre en fibres ;
  • le travail sédentaire ;
  • une activité physique insuffisante ;

sont caractéristiques du mode de vie de la plupart des habitants des pays développés, où la richesse a éliminé de nombreuses maladies et encouragé la propagation d’autres, comme les hémorroïdes. Les principaux symptômes qui peuvent survenir à la suite d’une inflammation des hémorroïdes sont les suivants :

  • irritation et gêne autour de l’anus ;
  • des démangeaisons ;
  • gonflement ;
  • douleur (surtout lors de l’évacuation),
  • des selles sanglantes.

Est-ce que la crise hémorroïdaire guérit toute seule ?

En général, le pronostic est très bon et il est rare que des traitements invasifs soient nécessaires pour résoudre le problème. Dans la plupart des cas, l’inflammation des hémorroïdes se résorbe d’elle-même en quelques jours, et il est possible de favoriser le processus de guérison en modifiant légèrement son mode de vie.

Deux types d’hémorroïdes : externes et internes

Hémorroïdes internes

Les hémorroïdes internes sont les veines situées à l’extrémité du rectum, au niveau de l’anus ; elles peuvent s’enflammer et saigner, mais provoquent rarement des douleurs. Le sang est rouge vif et peut être détecté par le patient.

  • sur du papier toilette ;
  • sur les toilettes ;
  • sous forme de stries sur les selles.

Elles ont tendance à se bomber facilement vers l’extérieur, de sorte que le patient peut les sentir lorsqu’il défèque ou s’essuie. Le tissu qui dépasse vers l’extérieur réapparaît généralement spontanément ou peut être placé à l’intérieur par le patient.

L’évolution est plutôt lente dans le temps et les symptômes peuvent connaître des améliorations temporaires ; si, comme mentionné, la douleur apparaît rarement, plus fréquemment elle peut devenir une cause de démangeaisons et d’inconfort, parce qu’ils peuvent recueillir des particules fécales et du mucus pendant l’évacuation qui deviennent alors irrités.

Nous parlons d’ :

  • Hémorroïdes de premier degré lorsqu’elles sont complètement à l’intérieur du canal anal. Elles peuvent saigner mais ne sortent pas, même pendant l’évacuation ;
  • Hémorroïdes de deuxième degré lorsqu’elles ont un volume plus important du fait de l’augmentation de la pression veineuse et qu’elles peuvent donc se prolonger, c’est-à-dire faire saillie hors du canal anal ; elles sont toutefois capables de se rétracter lorsque l’envie d’évacuer cesse ;
  • Hémorroïdes de troisième degré lorsqu’elles se prolongent à l’extérieur spontanément ou sous l’effet du stress et qu’une intervention manuelle est nécessaire pour les faire rentrer ;
  • Hémorroïdes de quatrième degré lorsqu’elles ont définitivement prolabé à l’extérieur et ne peuvent plus être réduites manuellement. Cette étape est très douloureuse.

Degrés hémorroïdes

Hémorroïdes externes

Les hémorroïdes externes symptomatiques se présentent souvent comme de petites masses bleutées et douloureuses à l’extérieur de l’anus ; elles ont tendance à se manifester spontanément, parfois après un effort particulièrement intense.

En l’absence de thrombose, elles ne posent généralement pas de problèmes majeurs, mais si elles sont thrombotiques, elles peuvent devenir particulièrement douloureuses, notamment parce que toute la muqueuse superficielle est enflammée.

Une thrombose peut se produire si un petit caillot se forme et empêche le passage normal du sang veineux vers le cœur ; dans ce cas, la douleur peut être soudaine et intense (la zone anale est richement innervée) et même au toucher, le patient peut sentir une grosse bosse autour de l’anus.

Cette situation a généralement deux issues possibles :

  • Dans la plupart des cas, le caillot se dissout en 2 ou 3 jours, mais laisse la peau “excédentaire” enflammée et irritée pendant quelques semaines ; dans certains cas, la croissance peut persister ;
  • La pression élevée dans les hémorroïdes externes thrombosées réussit à rompre la peau sus-jacente et le sang coagulé commence à s’écouler.

Des démangeaisons et des irritations sont également souvent présentes.

Quelles sont les causes ?

Certaines conditions particulières favorisent l’apparition des hémorroïdes, dont la constipation : les efforts répétés et prolongés étirent les parois des veines anales, les rendant plus vulnérables au gonflement.

La diarrhée peut également favoriser l’apparition d’hémorroïdes, car dans cette situation, la muqueuse rectale s’irrite et, par conséquent, affaiblit les vaisseaux qui alimentent les hémorroïdes. Examinons quelques-unes des causes directes et indirectes de la pathologie hémorroïdaire :

  • Nous avons parlé de la constipation comme l’une des principales causes des hémorroïdes, constipation qui, dans la majorité des cas, est due à une alimentation incorrecte, pauvre en fibres ou trop riche en aliments irritants tels que les épices, l’alcool, le cacao et les crustacés qui, s’ils sont consommés en quantités excessives, peuvent irriter considérablement la muqueuse rectale ;
  • Le travail sédentaire, c’est-à-dire le fait de passer de nombreuses heures consécutives assis, peut favoriser la stagnation veineuse au niveau de l’anus et du rectum : le sang stagnant a tendance à dilater les vaisseaux hémorroïdaires ;
  • De mauvaises habitudes d’hygiène, comme le fait de s’arrêter longtemps pour lire dans les toilettes, ce qui entraîne une augmentation prolongée de la pression sur les veines hémorroïdaires, ou la mauvaise habitude de ne pas répondre immédiatement à l’envie d’évacuer, car retenir les selles revient à les rendre plus dures et donc plus difficiles à expulser ;
  • Les changements dans les niveaux d’hormones chez les femmes peuvent déclencher une crise hémorroïdaire :
    • le cycle menstruel,
    • la grossesse,
    • la ménopause,
    • l’ovulation.
  • Certains sports, comme l’équitation, la musculation, le cyclisme et la moto, s’ils sont pratiqués avec intensité et fréquence, provoquent un stress et un traumatisme continus sur la zone anorectale, affaiblissant ainsi les tissus hémorroïdaires.

Quels sont les symptômes des hémorroïdes ?

Lorsque les hémorroïdes sont de premier degré, il est difficile pour elles de provoquer des douleurs, mais elles peuvent saigner . Les symptômes caractéristiques commencent à se manifester lorsque les hémorroïdes commencent à grossir, se manifestant par l’apparition de

  • un gonflement autour de l’anus ;
  • brûlures, inconfort et démangeaisons anales ;
  • sensation de lourdeur et de sécheresse locale ;
  • saignement sans douleur pendant la défécation, ou la douleur, qui est accentuée au moment de l’évacuation et peut s’accompagner de saignements et, à des stades plus avancés de la maladie, d’un prolapsus rectal.

Dans le cas des hémorroïdes externes, surtout si elles sont thrombosées, il est possible de les sentir physiquement autour de l’anus.

Combien de temps dure une crise hémorroïdaire ?

Dans la plupart des cas, lorsque l’inflammation des hémorroïdes n’est pas grave, les symptômes ont tendance à disparaître en quelques jours.

Quand consulter un médecin ?

Le spécialiste qui s’occupe de la maladie hémorroïdaire est le proctologue, mais dans le cas d’un trouble léger, celui-ci est généralement pris en charge sans difficulté par le médecin.

En général, il est recommandé de consulter un médecin en cas de présence de sang, ou lorsque les symptômes typiques (démangeaisons, douleurs, …) ne s’améliorent pas dans les 7 jours ; en présence de symptômes douteux (changements dans les habitudes intestinales, selles anormales, …) il est conseillé de ne pas attendre pour ne pas sous-estimer la présence possible de maladies plus graves (comme le cancer du côlon) et d’appeler un médecin de garde pour consultation rapide.

Si vous perdez de grandes quantités de sang, si vous vous sentez étourdi et/ou si vous vous évanouissez (en raison d’une anémie due à une perte de sang continue), rendez-vous directement aux urgences !

Comment traiter les hémorroïdes ?

En plus des bonnes habitudes, la crise hémorroïdaire peut être contrée par l’utilisation de laxatifs de lest, de flavonoïdes et de préparations topiques. Examinons-les en détail :

Les laxatifs de lest

Ce sont les laxatifs qui contribuent à augmenter la masse fécale, sont une bonne aide pour ceux qui ne tirent pas suffisamment de fibres de leur alimentation et qui ne sont pas en mesure de la modifier. Ils sont généralement fabriqués à partir de graines de psyllium et d’ispagula, de méthylcellulose ou de sterculia.

Au contact des liquides, ces substances se dilatent, c’est pourquoi elles doivent être prises avec beaucoup d’eau. Leur effet bénéfique sur les symptômes et les saignements des hémorroïdes a été prouvé par de nombreuses études. L’utilisation d’autres laxatifs qui n’affectent pas le volume et la consistance des selles est absolument contre-indiquée.

Les flavonoïdes

Les flavonoïdes semblent être efficaces pour réduire la douleur et les saignements en cas de crise aiguë. Des comprimés contenant de la diosmine ou une fraction flavonoïde purifiée et micronisée (Arvenum, Daflon) peuvent être prescrits par le médecin pendant 7 jours : six comprimés par jour pendant les 4 premiers jours, quatre comprimés par jour pendant les 3 jours restants. Les rutosides (Venoruton) ont également une action vasoprotectrice similaire à celle des flavonoïdes.

Les topiques hémorroïdaires

Les anti-hémorroïdes topiques sont à base de cortisone et d’anesthésiques locaux. Les pommades sont généralement préférées aux suppositoires, tant dans le cas des hémorroïdes externes qu’internes, car le principe actif est mieux réparti et elles sont plus faciles à utiliser. Les anti-hémorroïdes à base de corticostéroïdes réduisent l’inflammation et l’œdème et soulagent les démangeaisons : la fluocortolone et la fluocinolone sont parmi les corticostéroïdes les plus puissants et ont un effet prolongé.

Les anesthésiques locaux sont utilisés pour soulager les douleurs et les démangeaisons anales ; ils sont à base de lidocaïne, tétracaïne, cincocaïne, pramocaïne. Elles sont à base de lidocaïne, de tétracaïne, de cincocaïne et de pramocaïne. Ces préparations ne doivent jamais être utilisées de manière abusive, car une sensibilisation de la peau anale peut se produire. Les préparations apaisantes contiennent des substances astringentes telles que le subgallate de bismuth, l’oxyde de zinc et l’hamamélis, tandis que d’autres substances ont un effet lubrifiant et légèrement antiseptique.

Dans de nombreux cas, il peut être utile d’utiliser un suppositoire à base de glycérine avant l’évacuation.

Traitement chirurgical

Il existe de nombreuses façons de , par exemple les hémorroïdes internes peuvent être traitées par cerclage. Cette technique consiste à placer une bande élastique serrée autour de la base de l’hémorroïde. L’opération n’est généralement pas douloureuse, peut être réalisée en plusieurs endroits et ne nécessite pas d’anesthésie.

D’autres interventions peuvent être réalisées sous anesthésie locale ou générale : les hémorroïdes externes ou internes de grande taille sont mieux traitées par voie chirurgicale. Les veines sont retirées par voie chirurgicale et l’incision est fermée par des points de suture résorbables (points de suture) qui disparaissent d’eux-mêmes.

Certaines hémorroïdes peuvent être injectées avec un matériau spécial qui les fait rétrécir et arrête les saignements.

Les hémorroïdes peuvent également être coagulées ou brûlées à l’aide d’instruments spéciaux. Malheureusement, aucune de ces méthodes ne garantit que les hémorroïdes ne réapparaîtront pas, c’est pourquoi il est très important de modifier ses habitudes alimentaires et intestinales pour prévenir le retour des symptômes.

Risques et complications

Ces procédures sont généralement très sûres, mais il existe plusieurs risques et complications possibles. Ces cas sont peu probables mais possibles, et en les connaissant, vous serez en mesure d’en reconnaître les symptômes s’ils se produisent. En étant informé, vous pourrez aider votre médecin à détecter les complications à l’avance.

Les risques et les complications comprennent ceux liés à l’anesthésie et ceux liés à tout type de chirurgie. Les risques liés à l’anesthésie comprennent, sans s’y limiter, les éléments suivants :

  • accident vasculaire cérébral ;
  • pneumonie ;
  • des caillots sanguins dans les jambes.

Ces risques vous seront présentés en détail par votre anesthésiste.

La formation de caillots sanguins dans les jambes se manifeste généralement quelques jours après l’opération par un gonflement de la jambe et une forte douleur. Les caillots sanguins peuvent passer des jambes aux poumons (embolie pulmonaire), où ils provoquent un essoufflement, des douleurs thoraciques et, dans certains cas, la mort.

Parfois, l’essoufflement peut survenir sans prévenir, il est donc extrêmement important d’informer votre médecin si l’un de ces symptômes apparaît. Sortir du lit peu après l’opération peut contribuer à réduire le risque. Tout type de chirurgie comporte des risques. Il s’agit notamment de :

  • d’infection de la peau ;
  • de saignements, pendant ou après l’opération, qui peuvent nécessiter une autre opération.
  • d’autres risques et complications sont spécifiquement liés à cette chirurgie, il s’agit là encore de cas très rares.

Très rarement, l’anus peut devenir un peu étroit, ce qui peut rendre l’expulsion des selles plus difficile. Ce phénomène est également connu sous le nom de sténose rectale.

L’opération peut également affecter le contrôle des intestins, rendant plus difficile l’évacuation ou le contrôle des selles. Ces problèmes sont pour la plupart temporaires et s’amélioreront avec le temps. Les complications susmentionnées peuvent survenir peu de temps après l’opération ou des mois plus tard.

Comment prévenir les hémorroïdes ?

Il existe des mesures qui peuvent être prises à la fois pour prévenir et pour contrer cette affection.

La première chose à faire est de prêter beaucoup d’attention à son alimentation, qui doit être la plus variée possible et, surtout, riche en fibres. Il faut donc consommer des légumineuses, des céréales, des légumes et des fruits, car ils favorisent la motilité intestinale et réduisent le risque de constipation.

Une autre mesure fondamentale est de boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Il est important de boire même quand on ne ressent pas l’envie d’avoir soif car l’eau ramollit les selles et facilite leur passage dans l’intestin, il s’agit d’acquérir une bonne habitude, peut-être en buvant de petites quantités mais souvent.

Une activité physique régulière favorise une bonne circulation sanguine, tandis que lorsque la maladie est déjà manifeste, il est nécessaire de prêter une attention particulière à l’hygiène personnelle quotidienne. En particulier il est conseillé d’effectuer une hygiène personnelle approfondie avec de l’eau tiède chaque fois que vous allez aux toilettes, en évitant l’utilisation de savon qui irrite la peau et en séchant en tamponnant plutôt qu’en frottant

Il est également conseillé de ne pas utiliser le papier toilette habituel mais des lingettes humides, de préférence des lingettes pour bébé qui sont également émollientes. L’eau trop chaude ou trop froide est à éviter, car toutes deux sont contre-productives pour les pathologies hémorroïdaires.

Enfin, il faut privilégier les sous-vêtements en coton et éviter les vêtements trop serrés qui peuvent augmenter les irritations.

Hémorroïdes pendant la grossesse

Elles sont l’un des troubles les plus fréquents dont souffrent les femmes enceintes. Voyons comment la variation des niveaux hormonaux peut déclencher des hémorroïdes à ce moment particulier de la vie d’une femme :

  • La constipation, qui touche également les femmes qui y sont normalement immunisées, est due à la production de certaines hormones (progestérone) qui provoquent un relâchement des parois intestinales, rendant l’intestin moins efficace ;
  • Les mêmes hormones que précédemment ont également une action hypotonique sur la paroi veineuse, augmentant le risque d’hémorroïdes ; puis il y a la pression exercée par le fœtus sur les veines rectales et anales, surtout dans les derniers mois de la grossesse, qui, en empêchant la libre circulation du sang dans le bassin et le rectum, ralentit le retour du sang veineux, favorisant l’apparition du trouble.

Si une femme arrive au moment de l’accouchement en souffrant déjà d’hémorroïdes, le travail et l’accouchement eux-mêmes peuvent exacerber la douleur et aggraver la maladie, toujours cependant en fonction de la durée de l’événement et de la taille de l’enfant à naître.

Traitement et médicaments

La condition particulière de la grossesse ne permet pas, à titre de précaution, l’utilisation de préparations topiques classiques à base de cortisone et d’anesthésique local (que ce soit sous forme de crème ou de suppositoires). Un régime riche en fibres (légumes et fruits) et en liquides pour faciliter l’évacuation est utile et sans risque.

Eventuellement l’utilisation de pommades ne contenant pas de corticostéroïdes, sauf indication contraire dans la notice (par exemple, Preparazione H® peut être utilisé pendant la grossesse, aussi bien sous forme de suppositoires que de pommade). Les préparations orales (comprimés, sachets…) ne sont normalement pas utilisées.

Les préparations et remèdes homéopathiques ne présentent généralement aucune contre-indication, tandis que les préparations phytothérapeutiques requièrent plus d’attention et leur utilisation n’est généralement pas encouragée en raison du manque de connaissances sur les effets possibles sur le fœtus.

En définitive, il est conseillé aux femmes qui ne parviennent pas à résoudre leur problème d’hémorroïdes par l’alimentation de consulter leur gynécologue pour évaluer avec lui, le traitement qui offre le meilleur rapport risque-bénéfice.

Sources bibliographiques


🗒  Hémorroïdes : définition, facteurs favorisants et symptômes | Ameli
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/hemorroides/definition-facteurs-favorisants-symptomes
🗒  Hémorroïdes- Pour réduire l’inconfort et la douleur | Collège des médecins de famille du Canada
https://gmfu.ca/wp-content/uploads/2018/06/Votre-sant%C3%A9-Digestif-H%C3%A9morro%C3%AFdes-Le-Coll%C3%A8ge-des-m%C3%A9decins-de-famille-du-Canada.pdf
🗒  Treatment of hemorrhoids: A coloproctologist’s view | NCBI
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4541377/