Livraison Gratuite dès 60€ d'Achats avec le code promo FREESHIP *

Cancer du poumon : l’essentiel à savoir

Les estimations française pour 2018 font état de 46 363 nouveaux cas de cancer du poumon (les hommes sont plus de deux fois plus souvent touchés que les femmes), qui est en fait l’une des principales causes de décès dans tous les pays industrialisés.

Qu’est ce que le cancer du poumon ?

Le tabagisme est la cause principale du cancer du poumon, alors que chaque patient présente une combinaison différente de symptômes possibles liés à cette affection, qui peuvent aller de :

  • symptômes spécifiques liés aux poumons ;
  • symptômes dus à la propagation du cancer dans le corps ;
  • symptômes non spécifiques.

Malheureusement, dans de nombreux cas, les premières gênes n’apparaissent qu’à un stade avancé du cancer, les plus courantes étant les suivantes :

  • toux qui s’aggrave ou ne disparaît pas (parfois avec du sang) ;
  • douleur à la poitrine ;
  • l’essoufflement ;
  • la fatigue ;
  • une perte de poids inexpliquée ;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques locaux (thorax) ;
  • des épisodes fréquents de pneumonie.

Ces symptômes peuvent également se produire avec d’autres maladies, mais il est recommandé de toujours consulter un médecin en cas de doute. Le pronostic (probabilité de guérison) dépend étroitement de facteurs tels que :

  • le stade du cancer auquel il a été diagnostiqué pour la première fois ;
  • le type ;
  • et l’état de santé général du patient au moment du diagnostic.

Selon les statistiques américaines, le taux de survie d’un cancer du poumon à cinq ans est de 20,5 %, ce qui est légèrement plus élevé que par le passé.

Le rôle des poumons

Les poumons sont deux organes contenus dans la cavité thoracique et font partie du système respiratoire. L’air pénètre dans le corps par le nez ou la bouche, puis passe par la trachée et les bronches, et enfin dans les poumons.

Lorsque nous inspirons, nos poumons se remplissent d’air et se gonflent, ce qui est le seul moyen pour notre corps d’obtenir tout l’oxygène dont il a besoin. En revanche, lorsque nous expirons, l’air quitte les poumons. Cela permet au corps d’éliminer le dioxyde de carbone. Le poumon droit est divisé en trois parties (lobes), tandis que le poumon gauche, plus petit, est divisé en deux lobes seulement.

Elles sont recouvertes d’un tissu très fin (la plèvre) qui tapisse également l’intérieur de la cage thoracique : entre les deux couches de plèvre se trouve un liquide (le liquide pleural). Dans des conditions normales, le liquide pleural est présent en quantités minimes et ne s’accumule pas.

Cellules tumorales

Les tumeurs se développent dans les cellules, les “blocs de construction” qui constituent les tissus de l’organisme. À leur tour, les tissus forment les différents organes.

Chez les personnes en bonne santé, les cellules se développent et se multiplient pour former les nouvelles cellules dont l’organisme a besoin. Lorsque les cellules vieillissent ou sont endommagées, elles meurent et sont remplacées par de nouvelles cellules.

Dans certains cas, ce processus ne fonctionne pas comme il le devrait, de nouvelles cellules se développent alors que l’organisme n’en a pas besoin, tandis que les cellules anciennes ou endommagées ne meurent pas. Les cellules en excès s’accumulent et forment une masse de tissu appelée tumeur. Les cellules tumorales peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes du poumon :

  • mettent rarement le patient en danger de mort ;
  • n’ont généralement pas besoin d’être retirés ;
  • n’envahissent pas les tissus environnants ;
  • ne se propagent pas à d’autres parties du corps.

Les tumeurs pulmonaires malignes :

  • peuvent mettre la vie en danger ;
  • peuvent repousser une fois qu’elles ont été retirées ;
  • sont capables d’envahir les tissus et les organes environnants ;
  • peuvent se propager à d’autres parties du corps.

Dans certains cas, les cellules tumorales se propagent en se détachant de la tumeur d’origine et en pénétrant dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques qui atteignent tous les tissus de l’organisme. Les cellules cancéreuses peuvent alors s’attaquer à d’autres organes, déclenchant l’apparition de nouvelles tumeurs qui peuvent les endommager (métastases).

Quelles sont les facteurs de risque d’un cancer du poumon ?

Les médecins ne peuvent pas expliquer pourquoi certaines personnes ont un cancer du poumon et d’autres non, mais on sait qu’un patient présentant certains facteurs de risque est plus susceptible de contracter la maladie (un facteur de risque est défini comme quelque chose qui augmente le risque de souffrir d’un certain trouble).

Cette maladie représente à elle seule 15 % de toutes les tumeurs malignes chez l’homme, mais malheureusement, elle est également en augmentation chez la femme, le tabagisme étant une habitude bien ancrée chez le sexe opposé depuis des années. La recherche a montré que les facteurs de risque du cancer du poumon sont les suivants :

Le tabagisme

La fumée de tabac est responsable de la majorité des cas de cancer du poumon et constitue sans aucun doute le facteur de risque le plus important découvert à ce jour. Les substances nocives contenues dans la fumée endommagent les cellules des poumons : fumer des cigarettes, des pipes ou des cigares peut provoquer un cancer, et le tabagisme passif peut également causer des tumeurs chez les personnes qui ne fument pas. Plus l’exposition à la fumée est importante, plus le risque de tomber malade est élevé.

Radon

Le radon est un gaz radioactif invisible, inodore et insipide. Il se forme dans le sol et les roches. Les personnes qui travaillent dans les mines peuvent y être exposées. Dans certaines régions, il existe des traces de radon à l’intérieur des habitations. Le radon endommage les cellules des poumons, et les personnes qui y sont exposées ont un risque plus élevé de développer un cancer du poumon. Le risque de cancer induit par le radon est encore plus élevé chez les fumeurs.

Amiante et autres substances

Dans certaines professions (par exemple, la construction et la chimie), le risque de cancer du poumon est plus élevé. L’exposition à l’amiante, à l’arsenic, au chrome, au nickel, à la suie, au goudron et à d’autres substances peut provoquer un cancer du poumon. Le risque de contracter un cancer est directement proportionnel à la période d’exposition. Si vous êtes fumeur, le risque est encore plus grand.

La pollution de l’air

La pollution atmosphérique peut augmenter légèrement le risque de développer un cancer du poumon. Toutefois, le risque est toujours plus élevé pour les fumeurs.

Antécédents familiaux et personnel

Si vous avez un parent proche qui a souffert d’un cancer du poumon dans le passé, vous pouvez avoir un risque légèrement plus élevé, même si vous ne fumez pas. Les personnes qui ont eu un cancer du poumon dans le passé ont un risque plus élevé de développer un second cancer.

Maladies respiratoires chroniques

Ssi vous souffrez de certaines maladies pulmonaires (par exemple, la tuberculose ou la bronchite) depuis de nombreuses années, votre risque de développer un cancer du poumon peut augmenter.

Âge supérieur à 65 ans

La plupart des patients diagnostiqués avec un cancer du poumon ont plus de 65 ans.

Si vous pensez être exposé à un risque de cancer du poumon, vous devriez consulter votre médecin traitant, qui pourra vous donner des conseils de prévention et vous recommander des tests. Si vous avez déjà souffert d’un cancer du poumon, il est essentiel que vous continuiez à recevoir des soins après la fin du traitement, car le cancer du poumon peut récidiver ou un autre peut se développer.

Les types de cancer du poumon

Les poumons contiennent différents types de cellules, principalement des cellules épithéliales qui constituent la muqueuse des voies respiratoires et produisent du mucus qui lubrifie et protège les organes respiratoires. Elles sont également constituées de :

  • cellules nerveuses ;
  • capable de sécréter des hormones ;
  • cellules sanguines ;
  • et de cellules structurelles (ou de soutien).

Il existe deux principaux types de cancer du poumon :

  • le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), le plus fréquent, qui affecte les cellules épithéliales ;
  • le cancer à petites cellules (microcytome), qui provient de cellules nerveuses ou de cellules sécrétant des hormones.

L’expression “petites cellules” fait référence à la taille et à la forme des cellules tumorales telles qu’elles peuvent être observées au microscope. La distinction entre les deux types est cruciale pour les médecins, car il existe différentes approches de traitement.

Le cancer du poumon se développe lorsque les cellules commencent à se modifier et à proliférer de manière incontrôlée, formant une masse appelée tumeur. La tumeur peut être :

  • bénigne (non cancéreuse) ;
  • ou maline (cancéreuse), c’est-à-dire constitué de cellules cancéreuses qui peuvent se propager à d’autres parties du corps.

La tumeur peut se développer dans n’importe quelle partie du poumon et, lorsqu’elle se développe, elle peut propager les cellules cancéreuses au reste du corps, bien que, heureusement, cela ne se produise pas toujours. Les cellules se propagent par le sang ou par la lymphe, le liquide qui entoure le tissu pulmonaire. La lymphe circule dans des vaisseaux lymphatiques qui se déversent dans des zones de collecte spéciales appelées ganglions lymphatiques ; ce sont de petits organes en forme de haricot qui aident à combattre les infections.

Les ganglions lymphatiques se trouvent partout dans le corps, y compris, bien sûr, dans les poumons et au centre de la poitrine. La lymphe circule naturellement des poumons vers le centre de la poitrine, c’est pourquoi le cancer s’y propage souvent. Lorsque la cellule cancéreuse quitte son site d’origine et se déplace vers un ganglion lymphatique ou une autre zone du corps par le biais du sang, on parle de métastase.

Le stade de la tumeur est déterminé par la position initiale et la taille de la tumeur, par sa propagation éventuelle aux ganglions lymphatiques et par la présence éventuelle de métastases dans des zones éloignées.Le traitement est décidé en fonction du type de tumeur (non à petites cellules ou à petites cellules) et du stade de la maladie.

Signes et symptômes d’un cancer du poumon

Les symptômes les plus courants chez les patients atteints d’un cancer du poumon sont les suivants :

  • la fatigue ;
  • l’essoufflement et la respiration sifflante ;
  • des douleurs thoraciques, si la tumeur envahit une structure à l’intérieur de la poitrine ou touche la plèvre ;
  • perte d’appétit ;
  • une perte de poids inexpliquée ;
  • l’enrouement ;
  • la fatigue ;
  • la dysphagie ;
  • toux, éventuellement avec production de flegme ou de mucus ;
  • hémoptysie (toux flegmatique avec des traces de sang).

Il est important de souligner que les symptômes ne se manifestent pas toujours de manière frappante dans les premiers stades, en plus d’être essentiellement superposables ou en tout cas communs à de nombreuses autres maladies pulmonaires ; si vous êtes préoccupé par l’un des symptômes énumérés, nous vous conseillons de consulter votre médecin :

Enfin, n’oubliez pas que “la perte de sang dans les sécrétions muqueuses n’est pas liée au cancer du poumon, sauf dans de très rares cas“. Ces cas doivent donc toujours être signalés à votre médecin, mais sans tirer de conclusions hâtives. Si le cancer du poumon est asymptomatique, il peut être découvert lors d’une radiographie ou d’un scanner thoracique effectué pour d’autres raisons, par exemple pour vérifier une maladie cardiaque.

La plupart des diagnostics de cancer du poumon surviennent lorsque la tumeur s’est déjà développée pour prendre plus de place, ou a déjà commencé à interférer avec les structures environnantes. Le cancer du poumon peut également produire du liquide qui s’accumule dans ou autour du poumon, ou exerce une pression sur le poumon, poussant l’air à l’extérieur et provoquant son affaissement. L’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone est difficile parce que l’air ne peut pas pénétrer dans les poumons, ou parce que l’espace normalement nécessaire au passage de l’oxygène et du dioxyde de carbone est occupé.

Le cancer du poumon peut former des métastases dans le reste du corps (tumeurs secondaires qui se propagent également dans d’autres parties du corps que le poumon), mais les sites les plus fréquemment touchés sont les suivants :

  • les ganglions lymphatiques ;
  • les poumons eux-mêmes (dans différents districts) ;
  • os ;
  • cerveau ;
  • le foie ;
  • les glandes surrénales (situées près des reins).

Les métastases, selon l’organe touché, peuvent provoquer :

  • problèmes respiratoires supplémentaires ;
  • douleurs osseuses ;
  • des douleurs abdominales ou des douleurs dorsales ;
  • maux de tête ;
  • faiblesse ;
  • des convulsions et/ou des difficultés d’élocution.

Dans de rares cas, le cancer du poumon peut libérer des hormones qui peuvent provoquer des déséquilibres hormonaux, tels que :

  • une diminution du sodium dans le sang ;
  • ou une augmentation du calcium.

Les symptômes tels que la fatigue, le malaise (sensation générale de malaise) et la perte d’appétit ne sont pas nécessairement dus aux métastases : la présence d’une tumeur dans n’importe quelle partie du corps peut provoquer une sensation générale de malaise. La perte d’appétit peut entraîner une perte de poids soudaine. La fatigue et la faiblesse peuvent encore aggraver les difficultés respiratoires.

Pronostic

Le pronostic (probabilité de guérison) et les options thérapeutiques dépendent des facteurs suivants :

  • le stade du cancer (la taille de la tumeur et la probabilité qu’elle soit localisée au poumon uniquement ou qu’elle se propage à d’autres parties du corps) ;
  • type ;
  • la présence de symptômes tels que la toux ou des problèmes respiratoires ;
  • l’état de santé général du patient.

Cette maladie représente à elle seule près de 20 % de toutes les tumeurs malignes chez l’homme, mais malheureusement, elle est également en augmentation chez les femmes, car depuis des années, l’habitude de fumer a pris racine dans le sexe opposé. Selon les statistiques américaines, le taux de survie à cinq ans est de 20,5 %, soit une augmentation légère mais constante par rapport aux années précédentes.

Diagnostic d’un cancer du poumon

L’examen permet d’évaluer l’état de santé général, y compris la recherche de symptômes de maladie, tels que des bosses ou toute autre chose inhabituelle. Un historique des habitudes de santé du patient sera également réalisé, y compris le tabagisme, les emplois passés, les maladies contractées et les traitements médicaux subis.

Il peut être nécessaire de procéder à des examens médicaux et à des procédures permettant d’examiner des échantillons de tissus, de sang, d’urine ou d’autres substances du corps. Ces examens permettent de diagnostiquer la maladie, de planifier et de convenir d’un traitement ou de surveiller la maladie dans le temps.

Radiographie du thorax

Il s’agit d’une radiographie des organes et des os de la poitrine. Un rayon X est un faisceau d’énergie qui traverse le corps et est fixé sur un film photographique, affichant une image des structures internes du corps.

Tomodensitométrie du cerveau, de la poitrine et de l’abdomen

Procédure qui permet de capturer une série d’images détaillées des structures du corps, cadrées sous différents angles. Les images sont prises par un ordinateur relié à un appareil de radiographie. Un colorant peut être injecté dans une veine ou avalé pour permettre de visualiser plus clairement les organes ou les tissus. Cette procédure est également appelée tomographie assistée par ordinateur ou tomographie axiale assistée par ordinateur.

Examen cytologique des expectorations

Un microscope est utilisé pour rechercher des cellules cancéreuses dans le flegme (mucus expectoré par les poumons).

Biopsie

Prélèvement de cellules ou de tissus pour être examinés au microscope par un pathologiste à la recherche de signes de cancer.

Bronchoscopie

Procédure qui permet d’examiner l’intérieur de la trachée et des grandes voies respiratoires des poumons à la recherche de zones anormales. Un bronchoscope est inséré par le nez ou la bouche dans la trachée et les poumons. Un bronchoscope est un instrument fin et tubulaire muni d’une lumière et d’une lentille utilisé pour l’inspection. Il peut également s’agir d’un instrument utilisé pour prélever des échantillons de tissus, qui sont examinés au microscope pour détecter des signes de cancer.

Les traitements d’un cancer du poumon

Votre médecin peut décider de vous adresser à un centre spécialisé dans le traitement du cancer du poumon, ou vous pouvez demander conseil vous-même. Dans certains cas, les patients peuvent être pris en charge par une équipe spécialisée :

  • chirurgien thoracique ;
  • oncologue ;
  • pneumologue (spécialiste des troubles pulmonaires) ;
  • radiologue ;
  • diététicienne.

Le choix du traitement dépend en grande partie du type de cancer du poumon et du stade auquel il se trouve : les personnes atteintes d’un cancer du poumon peuvent avoir à subir :

  • de la chirurgie,
  • une chimiothérapie
  • de la radiothérapie,
  • une thérapie ciblée,
  • une thérapie combinée.

Le cancer à petites cellules au stade précoce est généralement traité par radiothérapie et chimiothérapie. Si la tumeur est très petite, on peut recourir à la chirurgie et à la chimiothérapie ; si la tumeur est à petites cellules mais plus avancée, on utilise la chimiothérapie seule.

Pour le cancer du poumon non à petites cellules, la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie ou une combinaison de ces thérapies peuvent être utilisées. Le traitement dépend du stade de la tumeur : certains patients atteints d’un cancer avancé ont besoin d’une thérapie ciblée. Le traitement de la tumeur peut être local ou systémique.

Thérapie locale

La chirurgie et la radiothérapie sont des thérapies locales, car elles enlèvent ou détruisent la tumeur qui s’est développée dans la poitrine. Si le cancer du poumon s’est métastasé dans d’autres parties du corps, une thérapie locale peut être utilisée pour contrôler la maladie dans les zones spécifiques affectées. Par exemple, si le cancer du poumon s’est métastasé au cerveau, il peut être contrôlé par une radiothérapie de la tête.

Thérapie systémique

La chimiothérapie et la thérapie ciblée sont des thérapies systémiques. Les médicaments pénètrent dans la circulation sanguine et détruisent ou contrôlent la tumeur dans tout le corps.

Votre médecin peut vous décrire les différentes thérapies et les résultats attendus, et vous devez vous renseigner sur les effets secondaires et la manière dont la thérapie peut affecter vos activités normales. Le traitement du cancer endommage souvent les cellules et les tissus sains.

Les effets secondaires sont donc fréquents et dépendent principalement du type et de l’ampleur du traitement. Les effets secondaires peuvent différer d’un patient à l’autre et peuvent également changer d’une séance à l’autre. Avant le début de la thérapie, votre équipe vous expliquera quels sont les effets secondaires possibles et vous suggérera comment y faire face.

Vous pouvez travailler avec votre médecin pour créer un plan de traitement adapté à vos besoins personnels et médicaux.

Chirurgie

La chirurgie permet d’enlever le tissu tumoral et les ganglions lymphatiques environnants. Cela peut être fait en supprimant :

  • Une petite partie du poumon (résection en coin ou segmentectomie). Le chirurgien enlève la tumeur et une petite partie du poumon ;
  • Un lobe du poumon (lobectomie ou résection en manchon). Le chirurgien enlève un lobe. Ce type d’opération est le plus courant ;
  • Le poumon entier (pneumonectomie) : le chirurgien enlève le poumon entier.

Après l’opération, l’air et les fluides sont recueillis dans la cavité thoracique, un cathéter thoracique est utilisé pour drainer les fluides, et une infirmière ou un inhalothérapeute vous apprendra à tousser et à faire des exercices de respiration, que vous devrez faire plusieurs fois par jour.

Le temps de récupération après l’opération varie d’un patient à l’autre, et vous pouvez avoir besoin d’une semaine ou plus d’hospitalisation. Il peut s’écouler quelques semaines avant que vous puissiez reprendre vos activités normales.

Différents types de médicaments peuvent être utilisés pour réduire la douleur après l’opération, et nous vous recommandons d’en discuter avec votre médecin avant l’opération. Après l’opération, votre médecin pourra modifier le traitement de la douleur en fonction de vos besoins.

Radiothérapie

La radiothérapie utilise des ondes à haute énergie pour éliminer les cellules tumorales ; elle ne touche que les cellules de la zone à traiter.

L’une des options consiste à recevoir des rayons externes ; il s’agit du type de radiothérapie le plus courant pour le cancer du poumon. Les radiations proviennent d’une grande machine située à l’extérieur de votre corps. La plupart des patients doivent se rendre dans un hôpital ou une clinique pour recevoir cette thérapie, qui se déroule généralement cinq jours par semaine pendant plusieurs semaines.

Un autre type de radiothérapie est la radiothérapie interne (curiethérapie). Cependant, la radiothérapie interne n’est utilisée que dans de rares cas pour les patients atteints de cancer du poumon. Le rayonnement provient d’une capsule radioactive, d’un fil ou d’un autre dispositif à l’intérieur du corps.

Les effets secondaires dépendent principalement du type de radiothérapie, de la dose de rayonnement et de la partie du corps traitée. La radiothérapie de l’extérieur de la poitrine peut endommager l’œsophage, entraînant des problèmes de déglutition, et vous pouvez vous sentir très fatigué. La peau de la zone traitée peut devenir rouge, sèche et plus fragile que d’habitude. Après une radiothérapie interne, le patient peut souffrir temporairement d’hémoptysie.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est une thérapie basée sur des médicaments anticancéreux qui éliminent les cellules cancéreuses dans l’organisme en pénétrant dans la circulation sanguine. On administre généralement plus d’un médicament, et les médicaments anticancéreux qui combattent le cancer du poumon sont généralement administrés par voie intraveineuse, mais certains peuvent être pris par voie orale.

La chimiothérapie est administrée en plusieurs cycles, et après chaque cycle, il y a une période de repos. La durée de la période de repos et le nombre de cycles dépendent du médicament utilisé. La chimiothérapie peut être administrée à l’hôpital, au cabinet du médecin ou à domicile. Certains patients doivent être hospitalisés.

Les effets secondaires dépendent principalement du type et de la dose du médicament, car la chimiothérapie peut également endommager les cellules saines qui se divisent rapidement :

  • Cellules sanguines : la chimiothérapie détruit de nombreuses cellules sanguines. Vous courez donc un plus grand risque d’infection, d’avoir des bleus ou de saigner facilement, et vous vous sentez très faible et fatigué. Votre équipe vous fera passer un test sanguin pour vérifier si le nombre de cellules saines est suffisant. S’il n’y a pas assez de cellules saines, il existe des médicaments qui peuvent aider le corps à en produire de nouvelles.
  • Cellules du bulbe pileux : la chimiothérapie peut entraîner une perte de cheveux. Les cheveux repoussent à la fin du traitement, mais leur texture et leur couleur peuvent être légèrement différentes.
  • Cellules de la muqueuse du système digestif : la chimiothérapie peut provoquer une perte d’appétit, des nausées, des vomissements, des diarrhées et des ulcères dans la bouche et les lèvres. Demandez à votre équipe des conseils sur les traitements qui peuvent vous aider à surmonter ces problèmes.

Certains médicaments de chimiothérapie peuvent provoquer une surdité, des douleurs articulaires et des picotements ou un engourdissement des mains et des pieds. Ces effets secondaires disparaissent généralement à la fin du traitement.

Les effets secondaires peuvent être plus intenses si vous recevez une radiothérapie et une chimiothérapie en même temps.

Thérapie ciblée

La thérapie ciblée utilise des médicaments spéciaux pour bloquer la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. Les médicaments pénètrent dans la circulation sanguine et peuvent affecter les cellules de tout le corps. La thérapie ciblée peut être indiquée chez certains patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules métastatique. Pour le cancer du poumon, il existe deux types de thérapie ciblée :

Le premier est administré par voie intraveineuse en ambulatoire, à l’hôpital ou dans une clinique, en même temps que la chimiothérapie. Les effets secondaires comprennent :

  • des hémorragies ;
  • de l’hémoptysie ;
  • des éruptions cutanées ;
  • de l’hypertension ;
  • des douleurs abdominales ;
  • des vomissements ;
  • de la diarrhée.

Le second type est administré par voie orale, mais pas en même temps que la chimiothérapie. Les effets secondaires comprennent :

  • des éruptions cutanées ;
  • de la diarrhée ;
  • des problèmes respiratoires.

Pendant le traitement, l’équipe médicale vous gardera sous observation pour identifier tout problème, et les effets secondaires disparaissent généralement à la fin de la thérapie.

Approches complémentaires et mode de vie

Il est essentiel de prendre soin de vous en mangeant correctement pendant la thérapie, et vous devez consommer la quantité correcte de calories pour maintenir votre poids. Il est également important de consommer suffisamment de protéines pour rester fort, et une bonne alimentation vous aidera à vous sentir mieux et à avoir plus d’énergie.

Dans certains cas, notamment pendant la thérapie ou dans la période qui suit immédiatement, vous pouvez ne pas avoir envie de manger parce que vous vous sentez fatigué ou nauséeux. Vous pouvez également avoir l’impression que les aliments n’ont pas le même goût que d’habitude, et les effets secondaires du traitement (par exemple, manque d’appétit, nausées, vomissements ou ulcères dans la bouche) peuvent vous empêcher de bien manger. Votre médecin, votre diététicien ou tout autre expert sera en mesure de vous suggérer des moyens de résoudre ces problèmes.

Faire face au cancer

Le cancer du poumon étant lié au tabagisme, les patients peuvent avoir l’impression que leurs proches ne les aident ou ne les soutiennent pas suffisamment, car ils pensent que la maladie est due à leurs propres mauvaises habitudes. La vérité est que de nombreux fumeurs ne souffrent pas de cancer du poumon et que tous les patients atteints de cancer du poumon ne fument pas. En fait, le cancer du poumon peut toucher n’importe qui. En fait, la plupart des personnes atteintes d’un cancer aujourd’hui ont arrêté de fumer il y a des années ou n’ont jamais fumé.

Pour de nombreux patients, le diagnostic de cancer du poumon peut être très stressant et parfois difficile à supporter. Certains patients atteints de cancer du poumon commencent à souffrir d’anxiété et, dans des cas moins fréquents, de dépression. Les patients et leurs familles ne doivent pas avoir peur d’exprimer leurs sentiments aux médecins, aux infirmières et aux travailleurs sociaux. L’équipe médicale est là pour les aider et beaucoup de ses membres ont les compétences et l’expérience nécessaires pour aider les patients et leurs familles.

Outre le soutien moral et l’éducation du patient, le médecin peut prescrire des anxiolytiques et, dans certains cas, des antidépresseurs. Il peut orienter le patient vers un conseiller, un psychologue, un travailleur social ou un psychiatre. Les patients et leurs familles doivent également se rappeler que la communauté offre des ressources pour les aider à faire face à la maladie.

Certains patients se sentent soulagés simplement parce que, pendant la thérapie, ils peuvent parler de la maladie et des expériences qui y sont liées avec leur médecin, leur infirmière, leur famille, leurs amis ou d’autres personnes atteintes de la même maladie. Les patients peuvent également participer à des groupes de soutien afin de sensibiliser le public au cancer et d’aider d’autres patients vivant avec la maladie.

Le diagnostic de cancer du poumon est grave, mais les patients doivent faire confiance à leur médecin pour les traiter efficacement. Les progrès scientifiques en matière de diagnostic et de traitement donneront à de plus en plus de patients une réelle chance de guérison.

Prévention

Éviter les facteurs de risque et augmenter les facteurs de protection peuvent aider à prévenir le cancer du poumon

  • Ne pas fumer ou arrêter de fumer : chez une personne qui a arrêté de fumer, les chances de prévenir le cancer dépendent du nombre d’années pendant lesquelles elle a fumé, de la quantité de cigarettes qu’elle fumait et de la durée de son arrêt. Après qu’une personne a cessé de fumer pendant 10 ans, le risque de cancer du poumon est réduit de 30 à 50 %. L’important est qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter et en profiter.
  • Une exposition réduite aux facteurs de risque sur le lieu de travail : les lois qui protègent les travailleurs contre l’exposition à des substances cancérigènes, telles que l’amiante, l’arsenic, le nickel et le chrome, peuvent contribuer à réduire le risque. Les lois interdisant de fumer sur le lieu de travail contribuent également à réduire le risque lié au tabagisme passif.

Cependant, on ne sait pas encore si les facteurs suivants réduisent le risque de cancer du poumon :

  • Une bonne alimentation : des études montrent que les personnes qui consomment de grandes quantités de fruits ou de légumes ont un risque plus faible que celles qui en consomment de petites quantités. Cependant, comme les fumeurs ont tendance à avoir une alimentation moins saine que les non-fumeurs, il est difficile de savoir si la réduction du risque est due à une alimentation saine ou au fait de ne pas fumer.
  • Activité physique : des études montrent que les personnes physiquement actives ont un risque plus faible de cancer du poumon que les personnes qui ne le sont pas. Cependant, comme les fumeurs ont tendance à avoir des niveaux d’activité physique différents de ceux des non-fumeurs, il est difficile de savoir si l’activité physique influence directement le risque de cancer du poumon.

L’alimentation et son impact sur le développement du cancer

Légumes sans féculents

Il existe de nombreuses études sur ce sujet, mais certaines d’entre elles ne sont pas calibrées sur le tabagisme. Il peut y avoir une corrélation dose-dépendante. Il est donc raisonnable de dire qu’il est tout à fait possible que les légumes non féculents protègent du cancer du poumon.

Fruits

Les fruits contiennent des antioxydants tels que la vitamine C, des caroténoïdes, des phénols, des flavonoïdes et d’autres composés bioactifs potentiels. Les études sont nombreuses et concordantes et il existe une réponse dose-dépendante. Les fruits protègent contre le cancer du poumon.

Aliments contenant des caroténoïdes

Les caroténoïdes sont les précurseurs de la vitamine A et donnent normalement une couleur jaune-orange aux aliments qui en contiennent. Les études sont nombreuses et concordantes, il y a un effet dose-dépendant évident : les aliments contenant des caroténoïdes protègent probablement du cancer du poumon.

Aliments contenant du sélénium

Les sources de sélénium sont principalement d’origine animale (abats, produits laitiers, œufs, certains types de poissons) car, pour les sources végétales, le sol est le facteur déterminant : si les cultures sont effectuées dans un sol riche en sélénium, les produits le seront aussi. Les études étant peu nombreuses, il est raisonnable de dire qu’il est tout à fait possible que les aliments riches en sélénium protègent du cancer du poumon.

Viande rouge

Les études étant peu nombreuses, il est raisonnable de dire qu’il est tout à fait possible que la viande rouge soit une cause de cancer du poumon.

Viande transformée

Il n’existe pas suffisamment d’études pour définir la viande transformée comme une cause de cancer du poumon.

Graisse et beure

Les résultats sont contradictoires, il est raisonnable de dire qu’il est seulement possible que la consommation de graisses soit une cause de cancer du poumon.

Les résultats sont contradictoires entre eux, il est donc raisonnable de dire qu’il est seulement possible que la consommation de beurre soit une cause de cancer du poumon.

Contamination de l’eau par l’arsenic

De nombreuses études concordent entre elles, il existe une relation dose-dépendante et l’effet est très clair. L’eau contaminée par l’arsenic est une cause certaine de cancer du poumon.

Activité physique

Les études montrent une possible protection de l’activité physique, mais le mécanisme de cette protection n’est pas encore clair : le lien entre l’activité physique, le poids et le cancer est difficile à interpréter. Il est donc raisonnable de dire qu’il est possible que l’activité physique protège du cancer du poumon.

Graisse corporelle

Bien que les données montrent une relation inverse, cette interprétation peut être faussée par la présence de fumeurs ou la perte de poids causée par un cancer non diagnostiqué. Il est donc raisonnable de dire qu’il est seulement possible qu’une diminution de la graisse corporelle soit une cause du cancer du poumon.

Autres aliments

Pour les autres types d’aliments, il n’est pas possible d’établir une corrélation claire entre ces cancers et leur consommation.

Sources bibliographiques


🗒  Lung Cancer Prevention | National Cancer Institute
https://www.cancer.gov/types/lung
🗒  Comprendre le cancer du poumon | Ameli
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cancer-poumon/comprendre-cancer-poumon
🗒  Radon et santé | Organisation Mondiale de la Santé
https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/radon-and-health
🗒  Cancer du poumon | Société Canadienne du Cancer
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/cancer-du-poumon.html
🗒  Nutrition and cancer: a review of the evidence for an anti-cancer diet | Donaldson MS.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi