Détail de la notice
Titre du Document
Anciens rites de mariage en Sologne. II: La couronne de fleurs d'oranger portée par les mariées
Mariage old rites in Sologne. II: oranga blossom wreath worn by brides
Auteur(s)
EDEINE B. ; EDEINE S.
Résumé
Au 19ème siècle, le port d'une couronne (non spécialement d'oranger) par la mariée symbolisait sa virginité. La couronne de verdure (« chapel ») au 17ème siècle n'était pas réservée aux jeunes mariées : elle pouvait rendre hommage à une jeune fille décédée ou être un signe de richesse dans les couches populaires. Avant le 17ème siècle, le « chapelet » (dont chaque fleur avait une signification propre), offert à la fiancée et aux invités, était un symbole de joie et d'honneur à la mariée. Le culte de la Vierge Marie et l'édit d'Henri II de 1556 obligeant les filles ou femmes à déclarer leur grossesse peuvent expliquer le symbole de la couronne comme étant celui de la virginité. La substitution de la fleur d'oranger (naturelle puis artificielle) aux fleurs ordinaires est due à l'influence de la bourgeoisie. Il en est de même de la robe et du voile blanc, symboles de la virginité, la fleur d'oranger étant aujourd'hui devenu un simple ornement
Editeur
Société archéologique et historique de l'Orléanais
Identifiant
ISSN : 0337-579X
Source
Langue
Français
Pour les membres de la communauté du CNRS, ce document est autorisé à la reproduction à titre gratuit.
Pour les membres des communautés hors CNRS, la reproduction de ce document à titre onéreux sera fournie sous réserve d’autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie.

Pour bénéficier de nos services (strictement destinés aux membres de la communauté CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), de l'ESR français (Enseignement Supérieur et Recherche), et du secteur public français & étranger) :