Détail de la notice
Titre du Document
Le striga, mauvaise herbe parasite des céréales africaines : biologie et méthodes de lutte
Witchweed, a parasite of African cereal crops : biology and control methods
Auteur(s)
OLIVIER A.
Résumé
La mauvaise herbe parasite Striga hermonthica cause de graves dommages au sorgho, au mil et au maïs en Afrique. L'importance des pertes de rendement subies par les cultures est liée au mode de vie parasitaire du striga. Après avoir germé en réponse à des stimulants de germination libérés par la racine de son hôte, le striga développe en effet un genre de suçoir, l'haustorium, qui se fixe à une racine de la céréale, la pénètre et établit une connexion entre les vaisseaux conducteurs de sève des 2 plantes. Cela permet au parasite de prélever chez son hôte l'eau, les éléments minéraux et les substances organiques nécessaires à son développement. Le striga altère aussi l'activité photosynthétique de la céréale. Plusieurs méthodes de lutte, comme l'utilisation de stimulants de germination et d'herbicides, la pratique de rotations avec de faux hôtes et la sélection variétale n'ont donné jusqu'à maintenant que des résultats peu satisfaisants. Mais une meilleure compréhension des phénomènes de résistance au striga pourrait ouvrir de nouvelles voies dans la lutte contre le parasite. Il devient par ailleurs urgent de multiplier les efforts pour vulgariser auprès des paysans les techniques actuellement disponibles pour réduire l'intensité des dommages causés par le striga.
Editeur
EDP Sciences
Identifiant
ISSN : 0249-5627
Source
Agronomie (Print) A. 1995, vol. 15, n° 9-10, pp. 517-525 [bibl. : 2 p.1/4]
Langue
Français
Pour les membres de la communauté du CNRS, ce document est autorisé à la reproduction à titre gratuit.
Pour les membres des communautés hors CNRS, la reproduction de ce document à titre onéreux sera fournie sous réserve d’autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie.

Pour bénéficier de nos services (strictement destinés aux membres de la communauté CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), de l'ESR français (Enseignement Supérieur et Recherche), et du secteur public français & étranger) :