Détail de la notice
Titre du Document
OCULUS SIMPLEX DISCERNEMENT SPIRITUEL ET PROGRÈS ÉTHIQUE CHEZ SAINT BERNARD
Oculus simplex: Spiritual Discernment and Ethical Progress in St Bernard
Auteur(s)
MELLERIN Laurence ; TROTTMANN Christian (Auteur des parties liminaires)
Résumé
Dans les débats éthiques du XIIe siècle sur la conscience erronée, Bernard prend position par une magistrale exégèse de Mt 6, 22-23, dans le Précepte et la Dispense, §35-41. Pour que l'œil soit simple, il ne suffit pas que l'intention soit bonne, l'erreur doit en être écartée. Cette réflexion très équilibrée n'a pas toujours été lue pour elle-même, mais comme une réplique malheureuse à la morale abélardienne de l'intention. Bernard a pu être accusé d'exprimer « en termes objectifs (la foi comme révélation de la loi divine par la conscience) un problème éminemment subjectif (la bonne foi) ». Or si l'erreur est pour Bernard incompatible avec l'œil simple, c'est qu'il en a une conception eschatologique, qui informe sa morale monastique de la responsabilité dans l'obéissance. La conscience mystique ne peut être dissociée de la conscience morale. Face au nécessaire immuable de la Loi de charité, la capacité réaffirmée de l'homme faillible à demeurer dans l'intimité du Verbe rend possible le progrès éthique.
Editeur
Abbaye de Cîteaux
Identifiant
ISSN : 0009-7497
Source
Cîteaux commentarii cistercienses A. 2012, vol. 63, n° 1-4, pp. 147-164 [18 pages]
Langue
Français
Pour les membres de la communauté du CNRS, ce document est autorisé à la reproduction à titre gratuit.
Pour les membres des communautés hors CNRS, la reproduction de ce document à titre onéreux sera fournie sous réserve d’autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie.

Pour bénéficier de nos services (strictement destinés aux membres de la communauté CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), de l'ESR français (Enseignement Supérieur et Recherche), et du secteur public français & étranger) :