Détail de la notice
Titre du Document
Les Monts d'Aubrac au Moyen Âge : Genèse d'un monde agropastoral
Auteur(s)
FAU Laurent
Résumé
Introduction En dépit d'une réputation de pays dépeuplé, subissant le froid et les intempéries, l'Aubrac possède un potentiel archéologique important, notamment pour la période médiévale. Depuis 1994, la découverte de dizaines de sites d'habitat permanent et de proto-industrie, ainsi que de centaines d'habitats temporaires est venue compléter les études antérieures, notamment historique et ethnologique. Le travail d'une équipe pluridisciplinaire rassemblant archéologues, historiens, ethnologues et environnementalistes a permis de placer ces nouvelles données dans leur contexte et de présenter un pays montagnard à l'époque médiévale. 1Présentation géographique et géomorphologique L'Aubrac, constitué d'un vaste plateau granitique à l'est, basaltique à l'ouest, est relié au sud à la rivière Lot par des vallées encaissées (les boraldes) et des langues de terres (les serres). La présence naturelle de la roche sous forme de blocs calibrés à la -surface du plateau constitue une réserve de matériaux dans laquelle l'homme a puisé pour construire des bâtiments de pierre. Une analyse paysagère des périodes récentes a été effectuée à partir d'une base palynologique connue et grâce à l'étude de plusieurs tourbières. Elle nous apprend que les premiers signes de défrichement interviennent entre le IXe et le IVe s. av. J.-C., la grande phase de déforestation liée au pastoralisme étant, quant à elle, identifiée entre le VII
Editeur
Maison des sciences de l'homme
Identifiant
ISSN : 0769-010X
Source
Documents d'archéologie française A. 2006, n° 101, [A-214] [bibl. : 8 p.3/4]
Langue
Français
Pour les membres de la communauté du CNRS, ce document est autorisé à la reproduction à titre gratuit.
Pour les membres des communautés hors CNRS, la reproduction de ce document à titre onéreux sera fournie sous réserve d’autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie.

Pour bénéficier de nos services (strictement destinés aux membres de la communauté CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), de l'ESR français (Enseignement Supérieur et Recherche), et du secteur public français & étranger) :